Qui est le diable ?

Catégories Questions / Réponses

>> Découvrez PRIXM, notre newsletter hebdomadaire gratuite <<

Retour sur les tentations du Christ au désert par le diable,
l’ange accusateur aux trois facettes.

La tentation du Christ par le diable 
Saison 2 Épisode 20

◷ 3 minutes et 47 secondes

La pépite

Parce qu’une victoire 3-0 se fête toujours au son so 98 de Gloria Glaynor, on vous laisse écouter le titre qui vous rappellera forcément Zizou, Aimé Jacquet et Thierry Rolland… — Pour nos lecteurs nés après 1998, le visionnage de l’avant-gardisteLes yeux dans les Bleus s’impose pour comprendre un peu de quoi on cause !

 

Le texte biblique

La semaine dernière, nous avons parlé du désert et de sa signification dans la Bible (retrouvez notre pépite ici). Cette semaine, nous suivons Jésus au désert. 

Alors Jésus fut conduit par l’Esprit dans le désert pour être tenté par le diable.
Ayant jeûné quarante jours et quarante nuits il eut faim. 

Et le tentateur s’approchant lui dit :
— Si tu es fils de Dieu dis que ces pierres deviennent des pains.

Il lui répondit : 
— Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.

Alors le diable l’emmena dans la ville sainte, le posa sur le pinacle du Temple et lui dit : 
— Si tu es fils de Dieu jette-toi en bas car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges et ils te prendront sur leurs mains de peur que ton pied ne heurte contre une pierre.

Jésus lui dit : 
— Il est écrit aussi : Tu ne tenteras point le Seigneur ton Dieu.

Le diable de nouveau l’emmena sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde avec leur gloire et il lui dit : 
— Je te donnerai tout cela si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi.

Alors Jésus lui dit :
— Retire-toi, Satan, car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu et lui seul tu serviras.

Alors le diable le laissa
et voilà que des anges se mirent à le servir.

Chapitre 4,1-11 de l’Évangile selon saint Matthieu dans le Nouveau Testament.
Traduction BEST 0.1.

 

L’éclairage

Ivan Kramskoï (1837-1887), Le Christ dans le désert (huile sur toile, 1872)
Tretyakov GalleryMoscou.

| On refait le match | 

Vous avez aimé Neymar – Ronaldo, adoré Nadal – Federer ou Borg – McEnroe, vous hésitez encore entre les Rolling Stones et les Beatles ? Cette semaine on vous parle d’un face-à-face d’un autre niveau, le genre d’événement dont on parle encore 2000 ans plus tard : Jésus vs Satan.

Score final : 3 – 0 — 3 tentations, 3 punchlines puissantes du Christ, une victoire sans appel. Comme nous sommes curieux, on a voulu refaire le match pour comprendre la tactique adverse en posant une question : Qui est Satan ?

| Les noms du 😈 

Pour répondre à cette question, le texte de l’Évangile selon saint Matthieu est d’une grande aide. Il affuble le diable de trois noms : « diable » (on se répète, on sait), « Satan » et « tentateur ».

Passons par la case étymologie pour comprendre ce que ces trois mots signifient et disent de l’ennemi public n°1.

  • « Diable » vient du grec diabolos qui signifie littéralement « diviseur » : le diable est celui qui divise. Il porte bien son nom, puisqu’à deux reprises il dit à Jésus : « Si tu es le fils de Dieu ». Si on avait traduit littéralement ce défi posé à Jésus on aurait écrit : « Si c’est fils que tu es par rapport à Dieu ». Le défi lancé à Jésus porte sur sa manière de se situer par rapport à son Père ; le diable ne doute pas de la filiation divine du Christ, il l’éprouve. Et tente de diviser le Père et le Fils.

Hergé (1907-1983), Tintin au Tibet, 1960.
Milou, ayant très faim, est lui aussi tenté par le diable. Tonnerre de Brest ! 

  • « Satan » vient de l’hébreu et signifie « accusateur ». C’est un terme qui revient plusieurs fois dans la Bible. L’ange accusateur est chargé de mettre à l’épreuve les serviteurs de Dieu pour tester leur fidélité. Tel un procureur, Satan demande à Jésus de prouver ce qu’il est. Son but serait de culpabiliser son interlocuteur, au cas où celui-ci ne puisse pas prouver qui il est.
  • « Tentateur » est la traduction donnée pour le terme grec peirazôn qui signifie littéralement « celui qui éprouve ». L’épreuve est celle d’un choix à faire entre la pratique du bien et la tentation du mal. Or une épreuve surmontée, ce sont de nouvelles perspectives qui s’ouvrent ! C’est le cas ici pour l’humanité entière. Contrairement à Adam et Ève, Jésus ne cède pas face au tentateur et triomphe de ses artifices.Bref, un tentateur, un accusateur, une bête à poils… Voilà le diable.

En marge de cette première victoire par KO de Jésus sur le diable, les mystiques chrétiens soulignent un point important pour les pauvres pécheurs que nous, nous sommes : le sentiment de culpabilité, quand il ne conduit pas à la conversion, est le fruit d’une accusation diabolique. Dieu, lui n’ « accuse »pas : s’il dévoile les péchés, c’est pour faire miséricorde au pécheur.

James Tissot (1836-1902), Jésus tenté dans le désert (aquarelle et gouache, 1886-1894),
Brooklyn MuseumNew-York.

🌟Pour briller en société : Contrairement aux représentations habituelles des tentations du Christ, Tissot a ici pris le parti de figurer le tentateur non comme un diable à cornes mais comme un ermite souffrant de faim. Seul son regard trahit son ambition maléfique : tenter Jésus, qui a faim lui aussi, sous apparence de charité, de transformer les deux pierres en pains.

 

Le mot de la fin

Bien que l’emplacement précis de la tentation du Christ ne soit pas mentionné dans l’Évangile, la tradition médiévale le localise sur une montagne surplombant la vallée de Jéricho, connue sous le nom de Jabal al-Qarantal en arabe (amusant : le mot arabe est en fait… latin : Mons Quarantania — où l’on retrouve les« quarante » dont on a déjà parlé !). Pèlerins et touristes le connaissent plus banalement comme le « Mont de la Tentation ».

Au Moyen Âge, la grotte où l’on vénérait le séjour de Jésus pendant 40 jours fut transformée en église, et à la fin du 19e siècle un monastère grec-orthodoxe fut construit autour d’elle . Une autre grande grotte sert de salle à manger et de cuisine aux moines. Et pour la petite info, ces grottes se visitent encore aujourd’hui.

 

>> Découvrez PRIXM, notre newsletter hebdomadaire gratuite <<