La Résurrection : mythe ou réalité ? Enquête historique.

Le récit évangélique de la Résurrection de Jésus est connu dans le monde entier. Mais quelle est la nature de ce récit ? Mythe ou réalité ? Quelle est la valeur historique des Evangiles et de l'existence de Jésus ?

4 minutes et 48 secondes avec Stormzy, Léonard de Vinci, Michel Onfray, Flavius Josèphe et un battle final Rousseau-Guitton
📝
Dernière mise à jour -  
15/9/2020

Stormzy parle d'évidence, mais nous on examine quand même avec rigueur

Chanteur rap américain casquette micro Stormzy Blinded by your grace

Le poète ou le chanteur ne se pose pas la question de l’existence de Jésus ou de la véracité des Évangiles, il préfère en chanter l’éclatante évidence comme le rappeur Stormzy avec son titre Blinded by your grace (« Aveuglé par ta grâce »). Ce qui ne nous empêche absolument pas de nous pencher sur ces questions dans l’éclairage...👇

Le texte biblique qui raconte la résurrection de Jésus

Quelle est la nature du lien entre ce que nous raconte le texte de la résurrection et la réalité historique ? On vous laisse lire le texte biblique et on se penche sur la question dans l'éclairage...

Marie, cependant, restait dehors devant le tombeau, à pleurer.
Tout en pleurant, elle se baissa pour regarder à l’intérieur du sépulcre.
Elle distingue alors deux anges vêtus de blanc, assis
l’un du côté de la tête, l’autre du côté des pieds, là où le corps de Jésus avait reposé. Ils lui disent :
— Femme, qu’as-tu à pleurer ?
Elle leur répond :
— C’est parce qu’on a enlevé mon Seigneur, et je ne sais où on l’a mis.
Sur ces mots, elle fait volte-face
et voit Jésus devant elle,
sans savoir que c’était lui.
Jésus lui dit :
— Femme, que pleures-tu ? Qui cherches-tu ?
Marie, croyant qu’il s’agissait du jardinier, lui répond :
— Seigneur, si c’est toi qui l’a pris, dis-moi où tu l’as mis, et j’irai moi-même le reprendre.
Jésus lui dit : Marie !
Elle se retourne alors et lui dit :
— Rabbouni ! — ce qui veut dire « Maître ».
Jésus lui répond :
— Ne me touche pas :
je ne suis pas encore monté jusqu’au Père.
Va plutôt vers mes frères et dis-leur :
— Je vais monter vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.
Marie de Magadala vient annoncer aux disciples :
— J’ai vu le Seigneur !

Évangile selon saint Jean, chapitre 20, versets 11-18 dans le Nouveau Testament. Traduit du grec par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses traditions.

L'éclairage

Jésus face cheveux long doigts bénédiction bleu Léonard de Vinci
Léonard de Vinci (1452–1519), Salvator Mundi (huile sur bois de noyer, 1500), coll. Louvre d'Abu Dabi, Émirats Arabes Unis.

Jésus a-t-il réellement existé ?

C’est une question qui n’est plus véritablement posée aujourd’hui. Si le philosophe Michel Onfray relance le débat, aucun historien sérieux ne s’y aventure… Précisément parce qu’en appliquant une stricte méthode historique, la question de l’existence historique de Jésus a une réponse claire.

Qu’est-ce qui constitue l’historicité d'un événement aux yeux des historiens 👀 ?

📚 Il faut plusieurs sources

Dans le cas de Jésus, de nombreux livres du Nouveau Testament évoquent son existence, à commencer par les quatre Évangiles. Ce sont autant de sources différentes. Le fait que ces Évangiles, qui reprennent les canons des biographies antiques d’hommes illustres, semblent se contredire sur certains points factuels, tend paradoxalement à en renforcer l'authenticité. On n'a pas cherché, à tout prix, à harmoniser les récits pour en effacer les différences.

🔍 La qualité des sources

La qualité des sources est également importante : un texte écrit il y a un millénaire, ou même quelques siècles après les faits, sans source, sera légèrement suspect, non ? Si l'on vous dit aujourd’hui que Jésus était empereur de Tombouctou sans preuve, ça fait un beau roman, mais pas une source sérieuse pour le travail historique. En l’occurrence, les Évangiles sont écrits quelques décennies après la fin de sa vie terrestre (années 70-90 de notre ère - et même les années 40 pour les premières lettres de saint Paul!) et le processus de rédaction est achevé à la fin du premier siècle. Cela fait des Évangiles une source très fiable.

🖋️ Des sources de types différents

Un historien rigoureux répondra que ces multiples sources ne suffisent pas, car il faut des sources de types différents. Or, les Évangiles sont d’un seul type, des biographies écrites par des croyants, visant à répandre la foi. Mais on a de la chance parce que Flavius Josèphe, historien juif pharisien qui écrit à la Cour de Rome à la fin du premier siècle, relate dans ses livres des événements survenus en Terre Sainte et parle de Jésus, de Jean-Baptiste et de Jacques. Ce passage des Antiquités juives concernant Jésus est appelé le Testimonium Flavinium et règle définitivement la question, puisqu’on tient là une source d’un type différent. Même les Juifs qui n'ont pas cru à la résurrection de Jésus n'ont jamais remis en doute son existence.

Si l'on s'en tient à la méthode historique, le débat sur l'existence de Jésus est largement clos.

Buste statue Flavius Josèphe profil
Buste de Flavius Josèphe, Premier siècle, conservé dans le musée Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague, Danemark.

Les limites de la méthode historique

Testons la méthode historique sur le sujet vraiment décisif : est-ce que la résurrection du Christ est un événement historique ? Si c’est bien le cas, toutes les autres affirmations de la foi (le fait qu’il soit Dieu, tous les miracles qu’il a accomplis ou encore la conception virginale de Jésus) sont aussi possibles.

Appliquons les 3 points de la méthode historique à cet événement

  1. On a plusieurs sources fiables et diverses (les 4 Évangiles mais aussi les épîtres pauliniennes) qui évoquent la résurrection du Christ. Les deux premiers points sont donc bons.
  2. Problème : si Flavius Josèphe mentionne que des disciples ont vu Jésus ressuscité, Flavius ne précise pas l’avoir vu lui-même et ne se prononce pas sur ce sujet. Son témoignage nous indique donc que la croyance en la Résurrection était vive et centrale quelques décennies après la mort de Jésus, mais ne nous offre pas une source extra-biblique nécessaire pour attester en parfaite rigueur scientifique de l’historicité de cet événement.
regard lunette interrogation

Oui mais non, parce qu’il suffit de réfléchir deux secondes pour s’apercevoir que si un historien l’avait vu ressuscité et l’attestait dans un écrit, on l'aurait suspecté d’être un de ses disciples. Pourquoi ? Si vous voyez un homme mort, qui ressuscite et qui vous dit qu’il est Dieu, normalement vous changez de vie, vous devenez disciple et, du coup, votre ouvrage sera suspect et de la même teneur que les Évangiles… C’est un peu le serpent qui se mord la queue. Il apparaît donc logiquement impossible qu’une telle source existe.

Notre hypothèse chez PRIXM

C’est  : le fait même de la résurrection échappe à la démonstration de la véracité historique et renvoie l’homme à sa liberté d’accueillir ou non cette Vérité.

Mais en fait, Guitton a des billes pour remettre en cause notre hypothèse. Alors allez jusqu’au bout des mots de la fin.

Les mots de la fin

Pour conclure, on vous propose une battle au sommet entre deux auteurs bien solides. Chez PRIXM, on penche clairement du côté de Guitton qui, à notre humble avis, met clairement une rouste à Rousseau qui croit à l'existence de Jésus, à son enseignement mais pas au plus grand miracle qu'est la Résurrection :

Portrait philosophe Rousseau coiffure regard
Quentin de La Tour (1704-1788), Portrait de Jean-Jacques Rousseau (pastel, 1712-1778), Musée Antoine-Lécuyer, Saint-Quentin, France.

« Dirons-nous que l’histoire de l’Évangile est inventée à plaisir ? Mon ami, ce n’est pas ainsi qu’on invente ; et les faits de Socrate, dont personne ne doute, sont moins attestés que ceux de Jésus-Christ. Au fond c’est reculer la difficulté sans la détruire ; il serait plus inconcevable que plusieurs hommes d’accord eussent fabriqué ce livre, qu’il ne l’est qu’un seul en ait fourni le sujet. Jamais les auteurs juifs n’eussent trouvé ni ce ton ni cette morale ; et l’Évangile a des caractères de vérité si grands, si frappants, si parfaitement inimitables, que l’inventeur en serait plus étonnant que le héros. Avec tout cela, ce même Évangile est plein de choses incroyables, de choses qui répugnent à la raison, et qu’il est impossible à tout homme sensé de concevoir ni d’admettre. »

Jean-Jacques Rousseau, Emile ou De l'éducation (4,100), Paris : Garnier Frères, 1762

Attention, concentration requise

Dans Le problème de Jésus, Jean Guitton (académicien, philosophe, 1901-1999) écrit un petit bijou qui nous paraît la réponse la plus appropriée aux propos de Rousseau…

« J’appelle historique ce qui est réellement arrivé dans le monde extérieur aux esprits, ce qui est événementiel et non seulement conscientiel.

Et, en un second sens, plus profond, j’appelle historique ce qui, étant arrivé, suscite chez les hommes animés par l’idée de vérité l’attitude de l’attestation.

Et j’appelle enfin historique, en un troisième sens plus profond encore, ce qui a été affirmé par divers témoins indépendants les uns des autres dans des conditions telles que l’accord de leurs témoignages ne peut s’expliquer ni par l’influence de l’un sur l’autre ni par le hasard.

C’est dans ce sens-là que je crois pouvoir dire que la Résurrection se présente comme historique. Ce que j’ai remarqué au sujet du Tombeau vide et des apparitions (et surtout de leur rapport réciproque) me porte à penser que je suis ici en présence d’une réalité ayant le caractère d’un événement, bien que ce soit plutôt un TRANS-événement, je veux dire : un événement qui, quoique dans ce monde, n’est pas seulement de ce monde. »

Jean Guitton, Le problème de Jésus. Divinité et résurrection, Paris : Aubier, 1953.

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Méditez sous le soleil de l'Occitanie

L'Occitanie

L’Occitanie, ses vallons chauds, sa bonne cuisine et l’accent chantonnant de ses habitants. C’est au cœur de cette région du Sud, dans un village médiéval tout simplement sublime qu’est nichée l’abbaye de Lagrasse.

Rencontre

Si vous voulez rencontrer ces chanoines, vivre un temps de retraite et découvrir la méditation chrétienne, l'abbaye de Lagrasse est peut-être a place to be.

St Augustin

Ancienne bâtisse bénédictine datant du 8ème siècle, elle est désormais habitée par les chanoines de Saint Augustin. Les chants grégoriens et les magnifiques polyphonies liturgiques y bercent les offices.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter