Visite guidée de la Tour de Babel avec Brueghel

Construire la Tour de Babel semble réunir l'humanité dans un projet commun. Pourquoi Dieu réagit-il en instaurant de la confusion entre les langues ? Réponse en commentant le tableau de Brueghel.

4 minutes et 26 secondes avec André Dussollier, Serge Bloch et Alexandre Schmemann
Dernière mise à jour -  
22/10/2020

Quand l'humanité prend le melon et veut construire une Tour plus haute que le ciel

André Dussollier prête sa voix pour raconter le récit de la tour de Babel, illustré par Serge Bloch.
Chez PRIXM on a franchement aimé cette vidéo, qui dure moins de 5 minutes.

Le texte biblique qui raconte la construction de la Tour de Babel et la surprenante réaction de Dieu

Et toute la terre avait une seule langue et les mêmes paroles. Et il arriva que lorsqu'ils partirent de l’orient, ils trouvèrent une plaine en terre de Sennaar et ils s’y établirent. Et ils dirent — [chaque] homme à son prochain :

— Venez, faisons des briques, et cuisons-les au feu.

Et ils eurent des briques en guise de pierres et du bitume en guise de ciment. Et ils dirent :

— Allez, construisons-nous une ville et une tour dont le sommet soit dans les cieux et faisons-nous un nom afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre.

Et YHWH descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils de l'homme. Et YHWH dit :

— Voici, [il y a] un seul peuple et une seule langue pour tous et ils ont commencé à faire ceci et maintenant rien ne les empêchera d’accomplir leurs projets. Venez, descendons, et confondons là leur langue de sorte que nul n'entende plus la parole de son prochain.

Et YHWH les dispersa de là sur la face de toute la terre et ils cessèrent de construire la ville.

C’est pourquoi on l'appela du nom de « Babel » car c’est là que YHWH confondit le langage de toute la terre et c’est de là que YHWH les a dispersés sur la face de toute la terre.

Chapitre 11, versets 1 à 9 du Livre de la Genèse dans l'Ancien Testament. Traduit de l'hébreu par les équipes du programme de recherche La Bible En Ses Traditions

L'éclairage

Pour l'éclairage, on se repose notamment sur l'explication du tableau de Brueghel pour vous dévoiler le sens de cet épisode biblique.

Au milieu du XVIe siècle, Pieter Brueghel réalise plusieurs tableaux représentant la tour de Babel. Nous vous proposons d’entrer rapidement — mais de manière pertinente bien sûr ! — dans le mystère de cette toile célébrissime 🕵️.

Tour de Babel massif imposante unique hauteur Pieter Bruegel l'Ancien
Pieter Bruegel l'Ancien (1526/1530-1596), La Tour de Babel, (huile sur panneau de bois, 1563), Musée d'histoire de l'art de Vienne, Autriche. Consulté sur internet→, © Wikicommons.

Un monument, trois idées

  • Le peintre choisit de représenter une tour massive, écrasante de verticalité, qui contraste avec les plaines étendues de Ninive (ou plutôt de la Hollande). Cette plaine où les hommes auraient dû habiter et se multiplier se résume à une ville toute tournée vers la tour, tandis que la campagne est occultée et disparaît dans la perspective.
  • L’orgueil (l’hybris) de l’homme est représenté par cette tour qui touche le ciel et le haut du tableau. Quelques nuages évoquent sa hauteur vertigineuse, un vertige qui est à la mesure de ce projet humain démesuré.
  • Aucune originalité ne se dégage de cette construction, c’est bien plutôt l’uniformité des arches et des ouvertures qui donne le rythme à toute l’architecture. C’est bien une langue, un projet, une architecture unique.
Tour de Babel unique roi Nemord brique Pieter Bruegel l'Ancien
Détail de Pieter Bruegel l'Ancien (1526/1530-1596), La Tour de Babel, (1563), Musée d'histoire de l'art de Vienne, Autriche. Consulté sur internet→, © Wikicommons.

Plus qu'une punition, une délivrance

En bas, à gauche du tableau, apparaît le roi Nemrod qui, selon la tradition, est le commanditaire de la tour. Dans cette discrète présence se dévoilent l’idolâtrie et le péché de l’homme. Plusieurs hommes se prosternent devant le roi, le vénérant et le suppliant.

Les briques blanches qui servent à la construction évoquent les briques que les Hébreux durent produire en Égypte et qui restent le symbole de l’esclavage.

Dans le mythe de la tour de Babel, l’élan de la création et de l’incarnation est inversé : ce n’est plus l’homme qui est créé et visité par Dieu. C’est l’homme qui rêve de devenir Dieu, qui croit pouvoir se passer de Dieu. L’intervention de Dieu, à venir, libérera les hommes de l’idolâtrie et de l’esclavage : l’apparente punition est en fait une délivrance.

Le mot de la fin

« Chose étonnante : tout « créateur » authentique est humble, mais la « civilisation » produite par ces créateurs est orgueilleuse. L’homuncule qui sort du car touristique pour regarder un tableau de Michel-Ange déclare : « Voilà de quoi nous sommes capables nous, l’humanité ! Voilà ce que nous avons créé ! » Tout ce qui avait inspiré de l’humilité à l’artiste (et tout créateur n’est créateur que dans la mesure où il reste « humble » devant son don de création) se transforme en source d’orgueil pour l’humanité. »

Alexandre Schmemann, Journal (1973-1983), Cahier IV (Mai 1976 - Mai 1977), Paris : Éditions des Syrtes, 2009.

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Méditez sous le soleil de l'Occitanie

L'Occitanie

L’Occitanie, ses vallons chauds, sa bonne cuisine et l’accent chantonnant de ses habitants. C’est au cœur de cette région du Sud, dans un village médiéval tout simplement sublime qu’est nichée l’abbaye de Lagrasse.

Rencontre

Si vous voulez rencontrer ces chanoines, vivre un temps de retraite et découvrir la méditation chrétienne, l'abbaye de Lagrasse est peut-être a place to be.

St Augustin

Ancienne bâtisse bénédictine datant du 8ème siècle, elle est désormais habitée par les chanoines de Saint Augustin. Les chants grégoriens et les magnifiques polyphonies liturgiques y bercent les offices.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter