S'inscrire à la newsletter

La Bible, parole de Dieu et parole de l’homme

Qui est l’auteur véritable des Écritures ? En quoi peut-on dire qu’il s’agit d’une parole humaine inspirée par Dieu ? Que dit le texte de Dei Verbum ?

4 minutes et 03 secondes avec Kim Wilde, Rembrandt, Paul Pogba, Nicolas Régnier et Paul Gauguin
Dernière mise à jour -  
24/9/2022

Kim Wilde et la question de l’inspiration créatrice

Sorti en 1995, le titre Sweet Inspiration de Kim Wilde est une ode à l’inspiration :

Sweet inspiration through the nation
With elation for your love
Inspiration, Sweet inspiration
Douce inspiration à travers la nation
Dans l'allégresse de ton amour
Inspiration, douce inspiration

Nous est venue une question un peu provocatrice en écoutant cette mélodie rétro : quelle est la différence entre l’inspiration artistique et l’inspiration divine des auteurs bibliques ?

Le texte de saint Paul qui évoque l’inspiration divine des auteurs bibliques

Ces trois courts versets sont les premiers mots de la lettre de saint Paul adressée aux Galates, région historique d'Anatolie (ce qui correspond actuellement à la région autours d’Ankara en Turquie). Cette lettre a été écrite vers les années 47 à 52 après Jésus-Christ.


Paul, apôtre non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus Christ et Dieu le Père qui l’a ressuscité d’entre les morts
, ainsi que tous les frères qui sont avec moi, aux Églises de Galatie : à vous grâce et paix de la part de Dieu Père et de notre Seigneur Jésus-Christ.

Épître aux Galates, chapitre 1, versets 1 à 3. Traduit du grec par les équipes du programme de recherches La Bible en ses Traditions.

Comment Dieu inspire-t-il les auteurs humains de la Bible ?

Rembrandt Harmenszoon van Rijn, dit Rembrandt (1606-1669), L'Apôtre Paul (1633, huile sur toile, 137 x 112 cm), Musée d'Histoire de l'Art, Vienne (Autriche). Domaine public.

La Bible, parole de Dieu et parole de l’homme

À quoi le lecteur a-t-il affaire en tenant la Bible en mains et en la lisant ? Dans le texte que vous venez de lire, c’est explicitement indiqué : Paul écrit en son nom. Et en même temps, il s’empresse aussitôt de dire qu’il est « apôtre ».

« Paul, apôtre non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus Christ et Dieu le Père qui l’a ressuscité d’entre les morts » (Ga 1,1)

Or, le mot apôtre vient du grec apostolos et signifie « envoyé ». Autrement dit, Paul est effectivement bel et bien l’auteur en personne, mais ce n’est pas juste un auteur de polar qui signe son bouquin en première de couverture.

Impossible de faire un numéro sur saint Paul sans évoquer l'un des Paul les plus connus de France : Paulo Paul Pogba, milieu de terrain de l'équipe de France de football et champion du monde 2018 sous la houlette de coach Didier Deschamps !

Comment Dieu inspire-t-il les auteurs de la Bible ?

Comme on le disait la semaine dernière, ces questions théologiques fondamentales ont été abordées dans le texte Dei Verbum issu du Concile Vatican II. On reprend ici un passage-clé :

« Pour faire les Écritures, Dieu a choisi des hommes, qu’il a pris dans l’usage de leurs qualités propres et de leurs capacités. Ainsi il agit en eux et par eux afin qu’ils écrivent, en qualité d’auteurs véritables, tout ce que Lui-même veut et seulement cela. » (Dei Verbum, III, 11)

Le texte de Dei Verbum dit que Dieu parle « dans » et « par » les auteurs humains. Arrêtons-nous un peu sur ces deux petites prépositions. Encore une fois, nous reprenons ici les travaux de Paul Beauchamp que nous citions la semaine dernière dans son magnifique Parler d’Écritures Saintes (un seul conseil : allez lire ce bouquin, c’est franchement de la balle !)

  • D’une part, agir « par » eux traduit l’instrumentalité et « exprime surtout la maîtrise souveraine de Dieu ». Beauchamp propose une belle analogie pour illustrer ce point : « Dieu traite l’auteur biblique comme l’organiste traite les orgues ou le flûtiste la flûte »

  • D’autre part, agir « en » ou « dans » eux, évoque l’intimité. « Il ne s’agit plus d’un instrument mais d’un réceptacle ». Il s’agit donc de distinguer l’œuvre et la personne des auteurs bibliques humains. Beauchamp prend l’exemple de saint Paul : « Paul est l’œuvre de Dieu avant que les Épîtres de Paul le soient. L’écrit, le livre, sort de l’intimité qui unit Dieu aux auteurs bibliques ».

Ce critère de l’intimité permet de souligner la « qualité d’auteur véritable », puisque « Dieu n’enlève rien à la liberté des auteurs ». Les auteurs bibliques humains n'écrivent pas malgré eux.

Autrement dit : les épîtres de Paul resplendissent selon l’éclat particulier qui est celui de la personne de Paul, avec son charisme, son histoire et sa personnalité propres. Et il en est de même pour chaque auteur biblique.

Nicolas Régnier (1590-1667), Saint Matthieu et l'Ange, (vers 1622-25, huile sur toile, 104 × 120 cm), Musée d'Art, Sarasota (États-Unis). Domaine public.

À la source de cette intimité des auteurs avec Dieu : l’Esprit-Saint

Ce concept d’intimité permet d’amener la transition toute trouvée vers la personne du Saint-Esprit. Car, comme en rend compte l’intimité des auteurs avec Dieu, l’inspiration vient « du-dedans ». Elle n’opère jamais au détriment ou à l’encontre d’un tempérament.

Autrement dit : l’Esprit-Saint, c’est le « et » qui réunit Dieu et l’homme. C’est l’Esprit-Saint qui rend possible la conception paradoxale d’un livre écrit par Dieu et par l’homme.

L'orchidée colombe (de son nom savant Habenaria radiata) est une fleur emblématique du Japon. Remarquable pour sa beauté, sa finesse et sa grâce, on la surnomme « la Fleur du Saint-Esprit » à cause de sa forme qui suggère effectivement une colombe en plein vol ! © OpenCage

L'analogie entre Jésus et les Écritures

Pour parler du mystère des Écritures qui sont à la fois œuvre divine et humaine, on en est réduit à trouver des images ou à faire des comparaisons. L’une d’elle est spécialement pertinente : l’analogie entre la parole biblique et la personne du Christ. On s’explique :

  • la parole biblique est humaine et divine
  • tout comme la personne du Christ réunit une nature humaine et une nature divine.

Pour bien expliquer ça, on vous laisse lire le texte de Dei Verbum :

« Les mots de Dieu, exprimés dans les langues humaines, se sont faits semblables aux paroles de l’homme, tout comme le Verbe du Père éternel, ayant revêtu la chair de la faiblesse humaine, s’est rendu semblable aux hommes. » (Dei Verbum, III, 13)

Lorsque Jésus agit dans l'évangile, son action est pleinement divine et pleinement humaine. Il en va de même dans l'Écriture, impossible de distinguer ce qui vient de Dieu et ce qui vient de l'homme, inextricablement lié.

Paul Gauguin (1848-1903), Bé Bé, la Nativité (1896, huile sur toile, 66 × 75 cm), Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg (Russie). Domaine public.

Le mot de la fin

Finalement, lire la Bible, c’est reconnaître une Parole qui vient de quelqu’un et qui s’adresse à quelqu’un. Le risque de « geler » les paroles de Dieu, ce serait – par exemple pour le récit de la création au premier chapitre de la Genèse – soutenir que ce texte est un traité scientifique et adopter la lecture créationniste qui soutient qu’effectivement le monde a été créé en 7 jours. Or, à la vérité, le texte de la Genèse est un récit qui parle en énigmes, ce n’est pas un traité scientifique sur l’origine du monde. Sur ce plan, il peut donc y avoir fausseté scientifique, tout en garantissant une vérité sur le plan du salut : ce récit exprime quelque chose de la condition de l’homme face à Dieu.


« Il ne suffit pas d’insister sur l’autorité absolue de l’Écriture pour faire accepter les mots de l’Écriture comme une parole de Dieu. Sur cette voie, il y a un risque, dont on ne s’est pas toujours sorti : c’est de geler les paroles de Dieu sous prétexte de respect pour elles ; c’est d’imaginer qu’on va les rendre plus vraies en les durcissant ; c’est finalement ne plus les traiter comme des paroles mais comme des théorèmes. Une parole s’adresse à quelqu’un. Un théorème ne s’adresse à personne… L’absolu est dans les paroles de l’Écriture, mais c’est à condition qu’elles restent vraiment des paroles. »

Paul Beauchamp (1924-2001), Parler d’Écritures Saintes, Paris, Seuil, 1987, p. 22

Envie de (re)découvrir les Écritures ?
Notre incroyable Newsletter
- Tous les dimanches à 15h
- Gratuit, drôle et intelligemment décalé
- 3 minutes de lecture
Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte
Oups, un problème est suvenu, veuillez réessayer !

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

En abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

En vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités.