Peut-on parler d'analogie dans la Bible ?

Qu'est-ce qu'une analogie ? Quelle étymologie ? Quels sont ses impacts sur la perception de la création, sur les fondements chrétiens ?

3 minutes et 42 secondes avec Edouard Baer, François Cheng et Grégoire de Nysse
📝
Dernière mise à jour -  
14/9/2020

Edouard Baer séduit par la beauté de la création

affiche film edouard baer alice isaaz cecile de france robe epoque

« Mademoiselle, tout ce qui est sublime se rapporte à votre Créateur.
Le sublime n’est pas une passion, c’est une émotion.
Une émotion qui traverse notre âme et qui, l’espace d’un instant, dans un vertige, nous rapproche de l’indicible vérité. […] Comprenez que les âmes qui s’intéressent au sublime sont les plus belles »

Voilà ce que déclare le libertin marquis des Arcis, joué par Edouard Baer, à Mademoiselle de Joncquières jouée par Alice Isaaz, dans le film réalisé par Emmanuel Mouret.
Franchement, le marquis ne croyait pas si bien dire…

Le texte biblique qui raconte la beauté du monde créé par Dieu

Sont insensés par nature,
tous les hommes qui n'avaient pas la connaissance de Dieu et qui n’ont pas su, par les biens visibles, connaître celui-qui-est ni,
considérant ses œuvres, reconnaître l’Ouvrier.

Mais le feu, le vent, l’air rapide, le cercle des étoiles, l’eau impétueuse,
les flambeaux du ciel, ils les ont tenus pour des dieux gouverneurs de l’univers.

Si, charmés de leur beauté,
ils ont pris ces [créatures] pour des dieux,
qu’ils sachent combien leur Maître est plus beau
car c’est l’Auteur même de la beauté qui les a créées.

Et s’ils en admiraient la puissance et l'activité
qu’ils en concluent combien est plus puissant
Celui qui les a formées.

Car à partir de la grandeur et la beauté des créatures,
leur Créateur peut être contemplé par analogie.

Livre de la Sagesse, chapitre 13, versets 1 à 5. Traduit du texte grec par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses traditions.

L'éclairage

Ce passage du Livre de la Sagesse est, pour nous, un des plus beaux textes de l’Écriture Sainte. On serait à votre place, on le relirait deux ou trois fois…

cupidon et psyché baiser nu ange aile francois gerard
François Gérard (1770-1837), Cupidon et Psyché (Huile sur toile, 1798), Musée du Louvre, Paris

Une époque polythéiste

Il est écrit dans le contexte antique où le peuple d’Israël est entouré de cultures polythéistes.

On vous refait l’étymologie si vous n’êtes pas au taquet :

  • « poly » vient du grec πολύς (polus), qui signifie plusieurs
  • « héisme » de θεός (theos), qui signifie dieu.

L’auteur biblique désigne donc ces croyances religieuses qui assimilent l’immensité des splendeurs contenues dans le cosmos à autant de dieux qu’il faudrait révérer pour s’attirer leurs faveurs.
L'auteur biblique explique que les cultes païens naissent de cette fascination des hommes qui considèrent le soleil, la lune, les vents ou la mer comme des dieux.
Il qualifie de folie cette attitude, c’est le premier mot de son texte : « Insensés ».

lumiere noir blanc nuage sombre gustave doré
Gustave Doré (1832-1883), La création de la Lumière (dessin, 1866). Illustration de la Bible, Ancien Testament, Livre de la Genèse, chapitre 1, verset 3.

La révolution de l'analogie

L’auteur du Livre de la Sagesse affirme que, malgré leurs splendeurs, ces immensités ne sont pas des dieux. Elles permettent cependant de connaître le Dieu unique: « à partir de la grandeur et la beauté des créatures, leur Créateur peut être contemplé par analogie. »

👉 Le terme « analogie » (v.5), est d’une importance capitale pour fonder la théologie de la connaissance.
Cette approche intellectuelle a profondément bouleversé la perception antique de l’univers.

Que signifie le mot « analogie » ?

Il vient du grec ἀναλογος (analogie), qui est composé de :

  • ἀνα- (ana): un préfixe qui indique un mouvement d’ascension, de montée.
  • -λογος (logos) désigne la parole.

L’analogique, c'est ce qui est « proportionnel, qui est en rapport avec »: la création garde un rapport avec son Créateur et a une certaine ressemblance avec Lui.

Par la splendeur de l'Oeuvre, on entrevoit la splendeur de l'Auteur.


Le Livre de la Sagesse affirme que la beauté de la création, au lever du soleil ou quand la voûte céleste est parsemée d’étoiles un soir d’été, nous invite à reconnaître et à contempler Celui qui en est à l’origine.

dieu le père lune soleil ciel création barbe michel ange
Michel-Ange (1475-1564), La création de la lune, du soleil et des plantes (fresque, 1511), Chapelle Sixtine, Vatican.

L'analogie comme antidote

Ce faisant l’auteur biblique donne une clé redoutable pour distinguer la Révélation biblique de quelques écueils de notre rapport à la Création :

  • Le panthéisme d’abord : toute chose n’est pas Dieu, mais toute chose étant créé par lui, ces merveilles nous parlent de Dieu. Ce qui bouleverse le rapport de l’homme à la Création.
  • L’athéisme : la pensée d’une absence de Dieu n’enlève rien du sublime de la Création, mais elle la rend sublime et dérisoire. L’auteur biblique nous indique qu’au fond de notre cœur, dans l’émerveillement face à la beauté, nous pouvons trouver une trace de ce pressentiment divin qui nous prémunit du désespoir athée.
  • Un agnosticisme qui affirmerait l’inconnaissabilité pure et simple de Dieu et qui, en cela n’est pas si éloigné de la philosophie de Plotin ou de certaines théologies musulmanes. Dans cette pensée, Dieu ou une force supérieure (qui s’appellerait l’Être suprême, l’Un…) serait parfaitement transcendant, inaccessible, demeurant hors de portée de toute connaissance. Ici, le livre de la Sagesse nous indique que Dieu se laisse connaître, et que l’une des voies de cette connaissance est la contemplation de la Création qui témoigne à la fois de sa puissance et de sa beauté.
création oiseaux animaux jardin arbre ciel bleu jean colombe
Jean Colombe (1430-1493), La Création, Dieu créateur des oiseaux et des poissons, Heures de Louis de Laval (enluminure sur parchemin, vers 1470-1480), Bibliothèque nationale de France, Paris, France.

Fondement de la théologie chrétienne de la connaissance

👉 Le Livre de la Sagesse affirme donc la possibilité pour tout homme, même en dehors de la Révélation, d’avoir l’intuition du Dieu Créateur par sa raison.
Ce passage biblique est repris par saint Paul dans l’épître aux Romains (Rom 1, 20) et cité par le Concile Vatican I, pour fonder une anthropologie résolument positive :

Tout homme est raisonnablement capable de rentrer dans la connaissance de Dieu.

👉 Et les Pères de l’Église n'ont eu de cesse de commenter cette connaissance analogique en insistant sur son potentiel, mais aussi sur ses limites.


Car si Dieu se laisse connaître, Dieu reste infini et l’homme ne cessera jamais de Le contempler comme le soulignent Grégoire de Nysse ou Jean Chrysostome :

« Alors Dieu fait paraître l’homme en ce monde, pour être des merveilles de l’univers et le contemplateur et le maître : il veut que leur jouissance lui donne l’intelligence de celui qui les lui fournit, tandis que la grandiose beauté de ce qu’il voit le met sur les traces de la puissance ineffable et inexprimable du Créateur. »*

« Nous admirons aussi l’immensité et l’abîme infini de la mer, mais alors avec crainte, lorsque nous nous penchons sur cet abîme. De même l’écrivain sacré, s’étant penché sur l’océan infini, abyssal, de la Sagesse de Dieu, a été pris de 
vertige. Il admira avec tremblement et recula en disant : ‘Je te bénirai parce que tu es admiré avec une crainte sacrée ; admirable sont tes œuvres.’ Et aussi : Ta sagesse a été pour moi un objet d’admiration [...], il m’est impossible de la saisir’ (Ps 138). » **

icone saint jean chrisostome grégoire de Nysse
Icône de Grégoire de Nysse et de Jean Chrysostome

Le mot de la fin

Et on laisse le mot de la fin à François Cheng avec ce texte qui nous a été envoyé par un de nos si chers lecteurs :

« La beauté n’est pas un simple ornement. La beauté c’est un signe par lequel la création nous signifie que la vie a du sens.

Avec la présence de la beauté, tout d’un coup, on a compris que l’univers vivant n’est pas une énorme entité neutre et indifférenciée mais qu’il est mû par une intentionnalité »

François Cheng (mercredi 29 janvier 2020 au cours de l’émission TV La Grande Librairie animée par François Busnel, sur France 5)

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Méditez sous le soleil de l'Occitanie

L'Occitanie

L’Occitanie, ses vallons chauds, sa bonne cuisine et l’accent chantonnant de ses habitants. C’est au cœur de cette région du Sud, dans un village médiéval tout simplement sublime qu’est nichée l’abbaye de Lagrasse.

Rencontre

Si vous voulez rencontrer ces chanoines, vivre un temps de retraite et découvrir la méditation chrétienne, l'abbaye de Lagrasse est peut-être a place to be.

St Augustin

Ancienne bâtisse bénédictine datant du 8ème siècle, elle est désormais habitée par les chanoines de Saint Augustin. Les chants grégoriens et les magnifiques polyphonies liturgiques y bercent les offices.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter