Bible et Coran : peut-on vraiment les traduire aujourd'hui ?

Peut-on traduire des textes sacrés écrits des millénaire auparavant ? Ne risque-t-on pas de déformer les propos de ceux qui les ont écrits ? Comment transcrire une parole divine ?

4 minutes avec les Guetteurs, Jésus, Mahomet et Haïm Korsia
📝
Dernière mise à jour -  
16/9/2020

Montez le son et lancez la traduction

guetteur album soul revolution reggae

Les traductions des Écritures ont donné naissance à un musée gigantesque, composé d’une multitude d'œuvres d'art provenant de civilisations diverses. Sans elles, nous n'aurions pas pu vous faire profiter du reggae envoûtant des Guetteurs, dont les paroles reprennent des passages bibliques.

Laissez-vous surprendre. À bon entendeur !  ♪♫

Le texte biblique qui raconte comment était lue la Loi de Dieu

Tout le peuple s’assembla comme un seul homme sur la place qui est devant la porte de l’Eau. Et ils dirent à Esdras le scribe d’apporter le livre de la Loi de Moïse que le Seigneur a prescrite à Israël.

Et Esdras le prêtre apporta la Loi devant l’assemblée des hommes et des femmes et tous ceux qui avaient de l'intelligence pour entendre au premier jour du septième mois. Et il lut dans le livre sur la place qui est devant la porte de l'Eau depuis l'aube jusqu'au milieu du jour en présence des hommes et des femmes et de ceux qui avaient l'intelligence, et tout le peuple prêtait l'oreille au livre de la Loi. Esdras le scribe se tenait sur une estrade de bois qu'on avait faite pour la circonstance […].

Esdras ouvrit le livre devant tout le peuple car il était élevé au-dessus de tout le peuple et quand il l'eut ouvert tout le peuple se tint debout et Esdras bénit le Seigneur le grand Dieu et tout le peuple répondit :

–  Amen, Amen,

en levant les mains et ils s’inclinèrent et se prosternèrent devant le Seigneur le visage contre terre.

Et Esdras lut dans le livre de la Loi de Dieu, traduisant et donnant le sens : ainsi l'on comprenait la lecture.

Chapitre 8, 1-8 du Livre de Néhémie dans l'Ancien Testament. Traduit par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses traditions.

L'éclairage

Le long périple pour traduire la Bible

Quand on traduit, ne risque-t-on pas de perdre une partie du sens, de corrompre le propos initial ?

bible lecture jérusalem mains livre ouvert
Édition polyglotte des Écritures (Walton, 17ème siècle) contenant des versions syriaque, hébraïque et grecque.
Photo réalisée dans la bibliothèque de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem.

La Bible, traduite depuis toujours

La Bible donne la réponse elle-même dans le texte que nous vous proposons aujourd’hui : les personnages bibliques, comme ici Esdras, traduisaient déjà la Bible de l’hébreu ancien en araméen plus récent afin qu’elle soit comprise du plus grand nombre.

C’est ainsi que sont nées les grandes versions traditionnelles de la Bible : le « texte massorétique » en hébreu, la Septante en grec, la Vulgate en latin, la Peshitta en syriaque, etc …

En fait la Bible elle-même se présente à nous toute entière comme une traduction, en mots humains, de la Parole de Dieu qui est au-delà de tout mot.

À chacun ses mots

Ceci explique pourquoi il n’existe pas une version « absolue » de la Bible : les communautés qui l’ont reçue comme Parole de Dieu l’ont traduite dans leurs langues : les juifs d’Alexandrie en grec, les chrétiens de l’Empire romain en latin, etc.

Il existe aussi des traductions diverses dans les langues modernes, car le traducteur doit :

  • Faire des choix parmi les versions et les manuscrits,
  • Choisir les mots français qui lui paraissent les plus pertinents. Ces mots ne sont pas les mêmes au 19ème siècle et au 21ème siècle.

Pour un chrétien, la révélation est accomplie définitivement en Jésus-Christ, mais la Bible n’est pas pour autant un texte figé : c’est un texte mouvant dont les richesses et les limites se manifestent de traduction en traduction.

madagascar film changer bouger lémurien danse

Traduire le Coran, mission impossible ?

La première version du Coran, retour aux sources

Dans l'Islam le Coran traduit en français ou en anglais n’est pas considéré comme le véritable livre. Seule la version en arabe classique du VIIème siècle, attribuée à l’ange Jibril dictant le Coran à Mahomet, est considérée comme le Livre sacré donné par Allah.

Rien de tel en christianisme : toutes les versions bibliques du grand Israël (celui de la synagogue et celui des Églises apostoliques) ont part à l’inspiration. La Parole divine s’entend dans leur polyphonie.

sourate coran mosaïque
Première sourate du Coran

Traduire c'est interpréter

Le christianisme n'est donc pas une religion du Livre, même si c'est une religion « avec livre ». Pour les chrétiens, les Écritures ont le statut d'aide-mémoire, sacré, que l'on embrasse, que l'on encense, dans la liturgie, mais d'aide-mémoire seulement. La Bible est tout sauf un livre qui s’impose de force, c’est un déclencheur d'interprétations presque à l'infini... un catalyseur d'intelligence pratique !

Ainsi, l'inspiration divine des Écritures passe non seulement par l'humanité de ses auteurs mais aussi par celle de ses traducteurs multiples puisque traduire c'est interpréter.

Quelques mots sur l'oeuvre : au cinquième siècle, saint Jérôme traduisit en latin des manuscrits hébraïques disponibles à son époque, dont beaucoup sont perdus aujourd'hui. Pour cela, il s'installa dans une grotte à Bethléem, jouxtant celle de la Nativité — une garantie d’inspiration ! Sa version de la Bible, qu'on appelle la Vulgate, est restée la grande référence au sein de l’Église catholique occidentale.

traduction espagnol film

Le mot de la fin

La question de la traduction des textes renvoie à la notion de tradition. Comment rester fidèle à un héritage tout en le faisant vivre de manière nouvelle à chaque époque ? Sur ce sujet Haïm Korsia, le grand rabbin de France a des mots qui expriment tout l’enjeu de trouver cet équilibre :

« Il ne faut pas s’enfermer dans ce que l’on a toujours fait. Aujourd’hui, la force des religions est de s’adapter au monde, tout en étant un lieu de permanence dans une société qui a besoin de points fixes. Il faut être dans l’adaptation et la permanence. C’est le sens du mot halakha en hébreu qui veut dire à la fois la loi et la marche : pour nous, la règle est une loi en mouvement ; elle nous protège de l’émotion du temps. »

Haïm Korsia, entretien recueilli par Bruno Bouvet et Nicolas Senèze, La Croix, le 30 septembre 2015.

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Méditez sous le soleil de l'Occitanie

L'Occitanie

L’Occitanie, ses vallons chauds, sa bonne cuisine et l’accent chantonnant de ses habitants. C’est au cœur de cette région du Sud, dans un village médiéval tout simplement sublime qu’est nichée l’abbaye de Lagrasse.

Rencontre

Si vous voulez rencontrer ces chanoines, vivre un temps de retraite et découvrir la méditation chrétienne, l'abbaye de Lagrasse est peut-être a place to be.

St Augustin

Ancienne bâtisse bénédictine datant du 8ème siècle, elle est désormais habitée par les chanoines de Saint Augustin. Les chants grégoriens et les magnifiques polyphonies liturgiques y bercent les offices.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter