Caïn et Abel, Joseph et ses frères : deux histoires en écho

Que dit la Bible sur la fraternité ? Quel est le lien entre l’histoire de Caïn et Abel et celle de Joseph et ses frères ? Et l’étymologie dans tout ça ?

4 minutes et 32 secondes avec Julie Pietri, un peu d'hébreu et Léon Ashkénazi
Dernière mise à jour -  
21/11/2020

Un tube des années 80' pour faire danser Eve, la mère de Caïn et Abel


Ève lève-toi de Julie Pietri, tube de 1986, parle des enfants de la première femme du récit biblique.
Après une exégèse pointue de ce titre, que nous avons comparé avec les versions grecque et hébraïque,
on peut conclure que la chanteuse n'avait pas tout à fait la même version que nous sous les yeux au moment d'en écrire le texte...

Julie, à la coiffure so eighty, invite Ève à voir que ses enfants ont grandi et à ne pas pleurer. Mais justement, les enfants d'Ève, c'est Caïn et Abel. Après avoir vu comment Caïn assassine son frère, flashback pour voir ce qui se passe au moment de leur naissance.

Les textes bibliques sur la naissance de Caïn et celui sur la naissance de Joseph

Le livre de la Genèse s’ouvre avec le désastre des premiers frères (Caïn tue son petit frère Abel) et s’achève avec la réunion de Joseph et de ses frères qui l’avaient vendu comme esclave. Ce sont deux passages, tirés de ces récits, que nous vous proposons de lire et d’analyser aujourd’hui.

Et l’homme connut Ève sa femme. Elle devint enceinte, enfanta Caïn et dit : « J’ai acquis un homme avec YHWH. »

Et elle continua (tossef) d’enfanter son frère Abel.

Livre de la Genèse, Chapitre 4, verset 2. Traduit de l'hébreu par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses traditions.

Dieu se souvint de Rachel, Dieu l’exauça et la rendit féconde.

Elle devint enceinte, enfanta un fils et s’écria « Dieu a enfin enlevé mon opprobre ! »

Elle l’appela Joseph (yossef) en disant : « Que YHWH m’ajoute (yossef) un autre fils ! »

Livre de la Genèse, Chapitre 30, verset 22-24. Traduit de l'hébreu par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses traditions.

Eclairage

attaque couteau hommes nus
Daniel Crespi (1598-1630), Caïn tuant Abel (huile sur toile, entre 1618 et 1620), Collection particulière, Site de la Web Gallery of Art.

Deux histoires similaires

Caïn et Abel et l’histoire de Joseph forment deux des récits les plus célèbres de la Genèse.

Outre les nombreuses similitudes qu’il y a entre l’histoire d'Abel et celle de Joseph (les deux gardent des moutons, les deux suscitent la jalousie de leur frère), le texte hébreu cache un indice précieux qui montre que les deux textes forment un tout et se répondent admirablement.
Le "roman" de Joseph, avec ses 14 chapitres, vient d'une certaine manière apporter une réponse à la violence du meurtre d'Abel : plus de fratricide mais une réelle réconciliation.

moutons cacher oreilles silence

Une racine hébraïque significative

Le nom Joseph est issu de la racine des mêmes 3 lettres yod-samech-pé (yassaf). En lisant de droite à gauche comme il se doit :

lettres hébreu noir

Cette racine yod-samech-pé signifie ajouter, rajouter, ou continuer. C’est en faisant référence à cette signification d’ajouter un fils, de continuer la lignée, de continuer à enfanter que Rachel appelle son fils Joseph.

Quand l’Écriture emploie une racine comme yod-samech-pé, il est très intéressant de voir à quel autre endroit cette racine apparaît pour voir ce qu’elle peut nous apprendre.

Eh bien, la toute première occurrence dans l’Écriture de cette racine yod-samech-pé, c’est le verset de l’enfantement d’Abel. Abel vient en plus, en surplus de Caïn. Il naît dans l’ombre de son grand frère, que sa mère Ève semble idolâtrer.

homme nu peau profil musclé
João Maximiano Mafra (1823-1908), Caïn maudit (huile sur toile, 1851). Musée Dom-João-VI, Rio de Janeiro, Brésil.

Une allusion lourde de sens

En créant un écho, en réutilisant la même racine qui sert à introduire le récit de Caïn et Abel, l’Écriture fait un clin d’œil bien visible pour le lecteur hébraïque : elle annonce la couleur. L’histoire de Joseph s’inscrit dans les traces de Caïn et Abel, cette histoire sera douloureuse, violente.

Ainsi, l’Écriture indique que :

  • La fraternité est peut-être désirable
  • Sans aucun doute admirable
  • Mais surtout difficile

Caïn tue son frère Abel, Joseph est vendu en esclavage par ses frères jaloux. Le lecteur, nourri de la sagesse biblique, sait bien que la fraternité n'est pas un roman à l’eau de rose. Il sait qu’elle est une réalité qui peut engendrer une violence extraordinaire.

Dans un cas, celui de Caïn et Abel, cette violence semble irrémédiable ; pour Joseph, il faudra de nombreuses années, une histoire pleine de rebondissement pour que, finalement, une réconciliation survienne.

tapisserie drapé 6 personnes verdure
Joseph vendu en esclavage et emmené en Égypte
(XVIIe siècle, tapisserie)

C’est le rabbin Léon Ashkénazi qui nous donne une clé pour comprendre que, dans ces textes difficiles, la fraternité peut ouvrir à la beauté :

« Joseph est le fils de Jacob et de Rachel. C’est la raison pour laquelle, d’autre part, il sera capable de l’amour de fraternité. Il est le premier à être né de parents dont le texte dit clairement qu’ils se sont aimés. Fils de l’amour, il est le premier premier-né capable d’aimer ses frères et met en cela un terme à la malédiction de Caïn, aîné qui n’aimait pas son frère... »

Léon Ashkénazi (1922-1996), Leçons sur la Torah, Miqets (II) Le dialogue des frères, Albin Michel.

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Méditez sous le soleil de l'Occitanie

L'Occitanie

L’Occitanie, ses vallons chauds, sa bonne cuisine et l’accent chantonnant de ses habitants. C’est au cœur de cette région du Sud, dans un village médiéval tout simplement sublime qu’est nichée l’abbaye de Lagrasse.

Rencontre

Si vous voulez rencontrer ces chanoines, vivre un temps de retraite et découvrir la méditation chrétienne, l'abbaye de Lagrasse est peut-être a place to be.

St Augustin

Ancienne bâtisse bénédictine datant du 8ème siècle, elle est désormais habitée par les chanoines de Saint Augustin. Les chants grégoriens et les magnifiques polyphonies liturgiques y bercent les offices.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter