Comment représenter le visage du Christ ?

Chaque civilisation a-t-elle inconsciemment fait ressembler Jésus à ses propres traits physiques caractéristiques ? Est-ce légitime ? Est-ce un tort ? Comment représenter Jésus ?

3 minutes et 35 secondes avec Damso, Rembrandt, Jésus et une question pas si polémique
Dernière mise à jour -  
2/7/2021

Damso et la référence à la supposée apparence physique de Jésus

En 2018, Orelsan et Damso, rappeurs parmi les plus influents en France et stars à l’international, ont réalisé un feat d’envergure le temps d'un morceau : Rêves bizarres.

Même si (on doit bien le reconnaître) Damso est très largement connu pour avoir un langage spécialement cru, violent et explicite ; au cœur du morceau, une phrase nous a intrigués :

« Le racisme depuis Jésus blanchit,
Pourtant cheveux laineux, pieds de bronze,
comme quoi les écrits n’ont plus de sens,
Ou bien c’est le sens qu’on a déconstruit »

La phrase est très brève et assez obscure au premier abord, on reconnaît. Elle prend à bras le corps une question biblique. Explications.

Dans un premier temps, prenant appui sur les « écrits » bibliques et mentionnant les « cheveux laineux, pieds de bronze » supposés décrire Jésus physiquement, Damso laisse entendre que le Jésus n’avait précisément pas la peau blanche.

Puis il poursuit : si Jésus était noir mais que la culture occidentale le représente en permanence de manière typée blanche et européenne, alors « les écrits n’ont plus de sens ».

Enfin, Damso finit sa punchline en ouvrant une dernière hypothèse : « ou bien c’est le sens qu’on a déconstruit ». Apparemment, Damso fait ici porter l’accusation sur la transformation délibérée de la vérité par les hommes – singulièrement les hommes blancs refusant d’envisager que Jésus soit noir.

Chez PRIXM, on a trouvé cette séquence particulièrement profonde pour plusieurs raisons :

  1. Parce que Damso vient glisser une référence biblique pas évidente et absolument pas explicite.
  2. Parce que la dernière partie de la phrase de Damso à propos du « sens » est paradoxalement sublime.
  3. Parce que si tout n’est pas exact dans le couplet du rappeur belge, la question soulevée est, elle, très pertinente, et on a envie d’y répondre.

Du coup, retour sur le texte biblique en question, et on vient éclairer les questions que ça soulève !

Le texte biblique qui parle d'un portrait physique attribué à Jésus

Voici le texte biblique à l’origine de la référence implicite que Damso fait dans ce couplet, à propos de l'apparence physique de Jésus.


Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige. Et ses yeux étaient comme une flamme de feu.

Ses pieds étaient semblables à de l'airain qu'on aurait embrasé dans une fournaise et sa voix était comme la voix des grandes eaux.

Livre de l’Apocalypse, chapitre 1, versets 14 et 15. Traduit du grec par les équipes de notre programme de recherches La Bible En Ses Traditions.

L'éclairage

Rembrandt (1606-1669),Tête de Christ, (vers 1648, huile sur bois 25 x 21 cm), Collection Gemäldegalerie, Berlin, Allemagne. Domaine public.

A la recherche du portrait physique de Jésus

La semaine dernière, on expliquait qu'en réalité, les Evangiles ne donnent aucune description physique de Jésus. Ce silence semble indiquer que ce n'était pas là un trait essentiel de sa personne. La vraie question porte sur la manifestation de son visage vivant, trans-historique.

Aujourd'hui dans l'Eclairage, à partir de ce titre musical contemporain, on s’est posé trois questions :

  • D'où vient la référence biblique mobilisée par Damso ?
  • Chaque civilisation a-t-elle inconsciemment fait ressembler Jésus à ses propres traits physiques caractéristiques ?
  • Est-ce légitime ? Est-ce un tort de le représenter avec des traits typés Africain, Asiatique ou Européen ?
Henry Ossawa Tanner  (1859-1937), Nicodème et Jésus sur un toit, (1899, huile sur toile 85 × 100 cm), Académie des beaux-arts de Pennsylvanie, Philadelphie, Etats-Unis. Domaine public.
Ici, l'artiste américain fait le choix de représenter Jésus noir.

Damso et la référence au Livre de l’Apocalypse

En fait, sans le nommer, Damso cite un passage de l'Apocalypse (Ap 1, 14-15). Pour rappel, l’Apocalypse est le dernier livre de la Bible.

Il convient toutefois de savoir que l’Apocalypse elle-même cite des passages d'une prophétie de l'Ancien Testament, aux chapitres 7 à 12 du Livre de Daniel. Il y est question de visions allégoriques d'évènements historiques. Mais attention ! Tout comme l’Apocalypse, il s’agit de récits prophétiques révélées symboliquement et avec une grande puissance d’évocation visuelle.

L’erreur de Damso, c’est de prendre le texte au pied de la lettre. Car le livre de l’Apocalypse dit expressément se présenter « sous forme de symboles » (Ap 1,1).

Ne faisons donc pas d’erreur d’interprétation. La description citée par Damso est en réalité à comprendre selon ce qu'elle est : il s’agit d’un langage symbolique.

Bref, il ne s’agit pas d’une description directement relative au Jésus historique.

Vierge noire avec l'enfant Jésus, dite Madonna de Saint-Jouan-des-Guérets (35), en France.

Jésus et le « sens » des écrits

Pourtant, paradoxalement, la formule du rappeur belge « comme quoi les écrits n’ont plus de sens / ou bien c’est le sens qu’on a déconstruit » est tout simplement sublime.

En effet, tout le « sens », ou toute la capacité même de « faire sens » qui est donnée à l'homme, est refondée en la personne de Jésus. Cela parce que Jésus est lui-même le Logos en personne, le sens, l'intelligence.

Jésus « est » le sens des Ecritures

La faculté à faire sens se dit logos en grec, et verbum en latin. Or, dans l’évangile de Jean, le Christ lui-même est d’emblée présenté comme le « Logos » :

« Au commencement était le Verbe [Logos] » (Jn 1,1)

Dire que Jésus est Logos, c'est dire que Jésus en personne est la matrice de tout sens.

Et par conséquent, que chaque culture touchée par l'Évangile fasse de Jésus un portrait physique à son image n'est pas une erreur : dans la mesure où le Christ est précisément le Logos incarné, il condense en Lui-même toutes les manières possible de faire sens, il condense en Lui-même toutes les cultures.

Ce processus d'inculturation repose sur le souci de présenter Jésus vivant parmi nous. Il est donc tout à fait sensé de représenter Jésus avec des traits ne correspondant pas à son probable portrait historique. C'est même finalement une grande affirmation théologique que de procéder ainsi !

Cette peinture murale représentant une Vierge noire protégeant son fils Jésus sur ses genoux est conservée dans l'église catholique grecque de Biały Bór, en Pologne.

Le mot de la fin

De même que nous l'évoquions la semaine dernière en appelant à contempler le visage vivant du Christ, de même Bossuet, grand prédicateur du XVIIe siècle, nous invite à envisager les pauvres comme la suprême image actuelle du visage de Jésus sur la croix :


« Arrêtez les yeux sur Jésus et laissez-vous attendrir par la vue de ses divines blessures. Je ne vous demande pas pour cela, Messieurs, que vous contempliez attentivement quelque peinture excellente de Jésus-Christ crucifié. J’ai une autre peinture à vous proposer, peinture vivante et parlante qui porte une expression naturelle de Jésus mourant. Ce sont les pauvres, mes Frères, dans lesquels je vous exhorte de contempler aujourd’hui la Passion de Jésus. Vous n’en verrez nulle part une image plus naturelle. Jésus souffre dans les pauvres ; il languit, il meurt de faim dans une infinité de pauvres familles. Voilà donc dans les pauvres Jésus-Christ souffrant, et nous y voyons encore pour notre malheur Jésus-Christ abandonné, Jésus-Christ délaissé, Jésus-Christ méprisé. »

Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704), Sermons pour le Carême du Louvre (1662)
in Cagnat-Debœuf Constance (éd.), Bossuet : Sermons. Le Carême du Louvre, Paris : Gallimard, 2001.

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

Abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

Vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter