Jésus ressuscité : pourquoi Thomas a-t-il besoin de le toucher ?

Pourquoi Thomas n'arrive-t-il pas à croire Jésus vraiment ressuscité sans le voir et le toucher ? Le Christ choisit-il le corps dans lequel il ressuscite ?

2 minutes 56 secondes avec saint Thomas, des chanteurs ghanéens et Frédéric Ozanam
📝
Dernière mise à jour -  
15/9/2020

Le pas de danse à maîtriser pour fêter la Résurrection du Christ

drapeau Ghana rouge jaune vert etoile

Des Ghanéens de tradition russe orthodoxe interprètent l’hymne Christ is risen from the death (« Le Christ est ressuscité des morts »). On apprécie particulièrement le prêtre reconverti en chef de chœur au premier plan et le départ en procession tout en mouvement de hanche…

Qui a dit qu’une tradition millénaire est forcément figée ?


Le texte biblique qui raconte le moment où Thomas comprend que Jésus est ressuscité

Le soir de ce jour-là, le premier de la semaine, alors que, par crainte des [notables] juifs, on avait verrouillé les portes [de la maison] où se trouvaient les disciples, Jésus arrive, se présente au milieu et leur dit :

— La paix avec vous.

À ces mots, il leur montra ses mains ainsi que son côté. À la vue du Seigneur, les disciples furent saisis de bonheur. Jésus leur dit de nouveau :

— La paix avec vous. Comme le Père m’a envoyé, à mon tour, je vous envoie.

Cela dit, il émit son souffle en disant :

— Recevez l’Esprit Saint !

[…]

Thomas, l’un des douze, celui qui portait le nom de ‘Jumeau’, n’était pas avec eux quand vint Jésus. Les autres disciples lui disaient donc :

— Nous avons vu le Seigneur !

Mais il leur répondit :

— Tant que dans ses mains je n’aurai pas vu la trace des clous et mis mon doigt dans la trace des clous et mis ma main dans son côté, je ne pourrai pas croire.

Au bout de huit jours, les disciples de Jésus étaient de nouveau dans la maison et Thomas se trouvait avec eux. Jésus survient, toutes portes closes, et se présente au milieu et dit :

— La paix avec vous.

Ensuite il dit à Thomas :

— Avance ici ton doigt et regarde mes mains, avance ta main et mets-la dans mon côté, ne sois plus incrédule mais croyant.

Et Thomas répond et lui dit :

— Mon Seigneur et mon Dieu !

Jésus lui dit :

— À présent que tu me vois, te voilà plein de foi. Heureux ceux qui ont eu foi sans avoir vu.

Chapitre 20 , versets 19-29 de l'Evangile selon saint Jean dans le Nouveau Testament. Traduit par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses traditions.

L'éclairage

jésus thomas incrédulité main trou Rubens
Pierre Paul Rubens (1577-1640), L'incrédulité de Saint Thomas (huile sur panneau de bois, 1613), Musée royal des Beaux Arts d'Anvers, Belgique

Thomas ne veut pas voir Jésus, il veut le toucher

Le disciple Thomas exprime une exigence double : « Tant que dans ses mains je n’aurai pas vu la trace des clous et mis mon doigt dans la trace des clous et mis ma main dans son côté, je ne pourrai pas croire. » Pour croire, le disciple veut d’abord voir et même plus : il veut toucher.

En demandant à « toucher », le disciple convoque le sens le plus indubitable :

  • Avec une vision, il pourrait s’agir d’une apparition ;
  • Avec le toucher, la résurrection charnelle est parfaitement attestée.

C’est cette certitude qui est offerte à Thomas selon ce que rapportent les Évangiles : Jésus est ressuscité, il a vaincu la mort non pas sous la forme d’un esprit, mais dans tout son être de chair.

incrédulité thomas jésus toucher doigt tunique rouge blanche noire Le Caravage
Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit le Caravage (1571-1610), L'incrédulité de saint Thomas (huile sur toile, 1603), Palais de Sanssouci, Potsdam, Allemagne.

Une résurrection de corps et d'âme

La résurrection charnelle met l’accent sur un point majeur du christianisme : le Dieu-fait-homme naît, vit et meurt dans un corps et ressuscite dans ce même corps, donc la chair de l’homme est digne, le corps de l’homme est bon.

La Résurrection du corps chez Platon

Cette pensée n’est pas évidente dans l’Antiquité et elle est restée un sujet de débat.

Platon, par exemple, révérait le monde des idées mais critiquait la chair, lieu de toutes les bassesses selon lui. Dans Phèdre, Platon qualifie même le corps de « tombeau ». Le corps serait une prison qui étouffe notre esprit :

« Intègres, simples, immuables et bienheureuses étaient les apparitions dont nous étions comblés […] car, dans une lumière pure, nous étions purs ; nous ne portions pas la marque de ce tombeau que sous le nom de ‘corps’ nous promenons à présent avec nous, attachés à lui comme à sa coquille. »
thomas touche jésus incrédulité croire drapeau tunique rouge Polidoro Caldara
Polidoro Di Caravaggio (1499-1543), L'incrédulité de Saint Thomas (Huile sur panneau, vers 1531), Institut Courtauld, Londres, Angleterre

Corps de Jésus, corps de toute l'humanité

Une pensée qui ferait du corps un tombeau, un lieu forcément mauvais est à des années lumières des enseignements de l'Évangile.

Les caractéristiques du corps du Ressuscité nous apprennent autre chose : Jésus ressuscite avec ses blessures. Ainsi il assume tout de l’humanité, même ses souffrances. Il ne revient pas dans un corps d’Apollon ni sous forme d’une beauté idéale qu’il faudrait atteindre.

La beauté selon l’Évangile n’est donc ni une idée ni une apparence : la beauté prend la forme d’un corps réel qui a enduré la souffrance et qui ressuscite avec les stigmates de ses blessures.

Le mot de la fin

Frédéric Ozanam (1813-1853) fut professeur de littérature étrangère à la Sorbonne et essayiste. Il fonda la Société Saint-Vincent-de-Paul pour prendre soin des plus pauvres. Pour lui, c’étaient les pauvres qui permettaient de faire l’expérience tactile de Thomas. Chacun peut en effet avoir le même doute que le disciple. Pour Ozanam, le service des pauvres donne la certitude offerte à Thomas.

« Il semble qu’il faille voir pour aimer et nous ne voyons Dieu que des yeux de la foi et notre foi est si faible ! Mais les hommes, mais les pauvres, nous les voyons des yeux de la chair, ils sont là et nous pouvons mettre le doigt et la main dans leurs plaies et les traces de la couronne d’épines sont visibles sur leur front. Et ici l’incrédulité n’a plus de place possible et nous devrions tomber à leurs pieds et leur dire avec l’apôtre : Tu es Dominus et Deus meus ; vous êtes nos maîtres et nous serons vos serviteurs. »

Cité par Gérard Cholvy, Frédéric Ozanam - l'engagement d'un intellectuel catholique au XIXe siècle, Paris, Artège Éditions, 2012

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Méditez sous le soleil de l'Occitanie

L'Occitanie

L’Occitanie, ses vallons chauds, sa bonne cuisine et l’accent chantonnant de ses habitants. C’est au cœur de cette région du Sud, dans un village médiéval tout simplement sublime qu’est nichée l’abbaye de Lagrasse.

Rencontre

Si vous voulez rencontrer ces chanoines, vivre un temps de retraite et découvrir la méditation chrétienne, l'abbaye de Lagrasse est peut-être a place to be.

St Augustin

Ancienne bâtisse bénédictine datant du 8ème siècle, elle est désormais habitée par les chanoines de Saint Augustin. Les chants grégoriens et les magnifiques polyphonies liturgiques y bercent les offices.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter