L'incrédulité de Thomas sublimée par le tableau du Caravage

Pour la deuxième fois, Jésus ressuscité se montre en chair et en os à ses disciples. Quelle est la réaction de Thomas ? Comment Le Caravage peint-il cette scène ?

4 minutes et 38 secondes avec Narnia, Frédéric Ozanam et l'analyse détaillée du tableau du Caravage
📝
Dernière mise à jour -  
7/9/2020

Quand Narnia reprend le thème christique de la résurrection

affiche film narnia lion oeil bateau jaune

Dans Le monde de Narnia écrit par C.S. Lewis et adapté en 4 opus au cinéma, le lion Aslan décide d’être exécuté à la place du jeune Edmund. Puis il ressuscite et assure la victoire contre la sorcière. Ce roman de fantasy fait donc une prodigieuse allusion à la résurrection du Christ, et l'auteur utilise d'ailleurs le symbole christique du lion (on vous en parle ici si vous voulez).

Le texte biblique qui raconte l'incrédulité de Thomas face à Jésus ressuscité

Mort sur la croix, déposé au tombeau, Jésus a disparu. « — Il est ressuscité » annoncent quelques femmes témoins, mais les disciples peinent à y croire et se claquemurent.

Le soir de ce jour-là, le premier de la semaine, alors que, par crainte des [notables] juifs, on avait verrouillé les portes [là] où se trouvaient les disciples, Jésus arrive, se présente au milieu et leur dit :

— Paix à vous !

À ces mots, il leur montra ses mains ainsi que son côté. À la vue du Seigneur, les disciples furent remplis de joie. Jésus leur dit de nouveau :

— Paix à vous ! Comme le Père m’a envoyé, à mon tour, je vous envoie.

Ayant dit cela, il souffla sur eux en disant :

— Recevez l’Esprit Saint ! […]

Thomas, l’un des douze, appelé ‘Jumeau’, n’était pas avec eux quand vint Jésus. Les autres disciples lui disaient donc :

— Nous avons vu le Seigneur !

Mais il leur répondit :

Tant que dans ses mains je n’aurai pas vu la trace des clous,

ni mis mon doigt dans la trace des clous

ni mis la main dans son côté,

je ne croirai pas.

Huit jours plus tard, les disciples de Jésus étaient de nouveau à l'intérieur et Thomas se trouvait avec eux. Jésus survient, toutes portes closes, se présente au milieu et dit :

— Paix à vous !

Puis il dit à Thomas :

— Avance ici ton doigt et regarde mes mains, avance ta main et mets-la dans mon côté, ne sois plus incrédule mais croyant.

Et Thomas répond et lui dit :

— Mon Seigneur et mon Dieu !

Jésus lui dit :

— À présent que tu me vois, te voilà plein de foi. Heureux ceux qui ont eu foi sans avoir vu.

Évangile selon saint Jean, chapitre 20, versets 19-29 dans le Nouveau Testament. Traduit du texte grec par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses traditions.

L'éclairage

Un passage biblique qui est devenu une expression

Être « comme saint Thomas », ne croire qu'en ce qu'on a pu vérifier par soi-même. Voilà une expression passée dans le langage courant :

« Je ne croirai pas sans avoir vu »

Cette scène, présente uniquement dans l’Évangile selon Jean, atteste que Jésus est ressuscité dans sa chair, qu’il n’est pas un esprit qui apparaît, un fantôme, ni une belle idée. On vous laisse ici lire le numéro spécial là-dessus

Pour mieux comprendre, on plonge dans cette scène avec Le Caravage. 👇

Saint Thomas plaie doigt Jésus regard 4 hommes torse nu Le Caravage Michelangelo
Le Caravage (1475-1564), L'incrédulité de saint Thomas (huile sur toile, 1603), Palais de Sanssouci, Potsdam, Allemagne.

L'analyse du tableau du Caravage 🎨

On reconnaît d'emblée la grande manière du Caravage : fond sombre et éclairage puissant. La lumière tombe du haut, à gauche et enveloppe virtuellement le spectateur.

Le cadrage resserré et la représentation à mi-buste des personnages réduit l’espace entre le premier plan et le spectateur qui est attiré au coeur de la scène.

La théâtralité des poses contraste avec le réalisme presque scientifique de certains détails : la plaie, le plissement de la chair au contact du doigt de Thomas, la poussière accumulée autour de son ongle, la stupeur qui fronce son front ou encore la déchirure à son épaule.

doigt plaie regard oreille Le Caravage Michelangelo

L'incrédulité de Saint Thomas face au Christ 😯

Tout concorde pour souligner l'incrédulité de l'apôtre :

  1. Comme il l'avait dit aux autres, il ne croirait pas tant qu’il n’aurait pas touché.
  2. Mais ici, au moment même où il enfonce le doigt dans le côté transpercé de Jésus, il reste stupéfait, il n’en croit toujours pas ses yeux 👀. Ce qu'il expérimente dépasse toute raison et toute imagination, et c'est pourquoi son front se plisse !

Le Caravage peint donc un Thomas encore incrédule, dépassé par l’expérience qu’il fait du Corps Ressuscité de Jésus. L'artiste déploie ici une magistrale interprétation de la parole du Christ :

« Heureux celui qui croit sans avoir vu »
plaie doigt torse regard mains tenues Le Caravage Michelangelo

👉 Même Thomas, qui touche et voit, semble ne pas y croire. Le Caravage insiste ainsi sur la primauté de la foi : pour véritablement voir et toucher le corps du Ressuscité, il s’agit d’abord de croire.

Quant à la Résurrection, la foi dépasse toute preuve.

Le mot de la fin

Chacun peut avoir le même doute que Saint Thomas. Une manière de le surmonter nous est proposée par le bienheureux Frédéric Ozanam (1813-1853). Celui qui fut professeur de Littérature étrangère à la Sorbonne et essayiste fonda la Société Saint-Vincent-de-Paul pour prendre soin des plus pauvres. Pour lui, c’était les pauvres, membres du Christ, qui permettaient de faire l’expérience tactile de Thomas, d'atteindre la certitude de toucher le corps du Christ.

« Il semble qu’il faille voir pour aimer et nous ne voyons Dieu que des yeux de la foi et notre foi est si faible ! Mais les hommes, mais les pauvres, nous les voyons des yeux de la chair, ils sont là et nous pouvons mettre le doigt et la main dans leurs plaies et les traces de la couronne d’épines sont visibles sur leur front. Et ici l’incrédulité n’a plus de place possible et nous devrions tomber à leurs pieds et leur dire avec l’apôtre : — Tu es Dominus et Deus meus ; vous êtes nos maîtres et nous serons vos serviteurs. »

Cité par Gérard Cholvy, Frédéric Ozanam - l'engagement d'un intellectuel catholique au XIXe siècle, Paris, Artège Éditions, 2012.

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Méditez sous le soleil de l'Occitanie

L'Occitanie

L’Occitanie, ses vallons chauds, sa bonne cuisine et l’accent chantonnant de ses habitants. C’est au cœur de cette région du Sud, dans un village médiéval tout simplement sublime qu’est nichée l’abbaye de Lagrasse.

Rencontre

Si vous voulez rencontrer ces chanoines, vivre un temps de retraite et découvrir la méditation chrétienne, l'abbaye de Lagrasse est peut-être a place to be.

St Augustin

Ancienne bâtisse bénédictine datant du 8ème siècle, elle est désormais habitée par les chanoines de Saint Augustin. Les chants grégoriens et les magnifiques polyphonies liturgiques y bercent les offices.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter