S'inscrire à la newsletter

D'où vient l'expression « jeter la pierre à quelqu'un » ?

Quel est le sens et l'origine de l'expression « jeter la pierre à quelqu'un » ? Comment analyser juridiquement ce procès sauvage ? Quelle est la réponse de Jésus face à l'accusation de la femme adultère ?

03 minutes et 29 secondes avec Garou, Maître Gims, Rubens et Alfred de Vigny
Dernière mise à jour -  
28/1/2022

La référence biblique devenue expression populaire : « jeter la pierre »

Écrit et composé pour Garou et Patrick Fiori en 1998 pour la comédie musicale Notre-Dame de Paris, le titre Belle, repris récemment par Maître Gims, Dadju et Slimane, fait allusion à un épisode bien connu de l'évangile :

« Quel est celui qui lui jettera la première pierre ?
Celui-là ne mérite pas d'être sur Terre.
»

Pour mieux comprendre la référence à l'origine de l'expression populaire « jeter la pierre à quelqu'un », retour au texte source : (re)découvrez l'extrait de l'Évangile, on s'occupe de l'éclairage !

Le texte biblique qui raconte l'épisode du procès de la femme adultère

L'épisode qui suit intervient au cours de la vie publique de Jésus. Il est ici à Jérusalem.

[Jésus] s’en alla sur le mont des Oliviers. À l'aube, il se présenta de nouveau dans le Temple. Et tout le peuple venait à lui. Et, s’étant assis, il les enseignait.

Mais les scribes et les pharisiens lui amènent une femme surprise [en situation d'] adultère. Ils la firent se tenir au milieu. Il disent à Jésus :
— Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider celles-là. Toi, donc, que dis-tu ?

Or ils disaient cela pour l'éprouver afin d'avoir de quoi l’accuser. Mais Jésus, s’étant baissé, écrivait de son doigt sur la terre. Comme ils persistaient à l’interroger, il se redressa et leur dit :
Que celui de vous qui est sans péché lui jette le premier une pierre.
Et de nouveau, se baissant, il écrivait sur le sol.

Entendant [cela], ils se retirèrent un par un, en commençant par les plus vieux jusqu’aux derniers. Et Jésus resta seul, ainsi que la femme debout au milieu. Se redressant, Jésus lui dit :
— Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ?

Elle dit :
— Personne, Seigneur.

Et Jésus dit :
— Je ne te condamne pas non plus. Va, et désormais ne pèche plus.

Évangile selon saint Jean, chapitre 8, verset 1 à 11. Traduit du texte grec de tradition byzantine par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses Traditions.

Le passage de l'évangile à l'origine de l'expression « jeter la première pierre »

Pierre Paul Rubens (1577-1640), Le Christ et la femme prise en adultère (1614), huile sur bois (143 x 194 cm), Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

Jésus et la femme adultère : un enseignement inattendu

Cet épisode est un joyau. Si vous avez zappé le texte biblique ou l’avez survolé un peu trop rapidement, reprenez votre souffle et prenez le temps de le lire au moins une ou deux fois. Car ce court passage biblique est comme une sorte de condensé de la prédication de Jésus.

Cette scène permet de dresser un portrait de Jésus agissant avec autorité : il enseigne en parole et en actes, avec intelligence, dans les situations les plus imprévues. Et les solutions retenues sont parfois désarmantes pour ses interlocuteurs.

Polidoro da Lanciano (1510-1565), Le Christ et la femme adultère (1540-1545), (huile sur toile, 163 × 202 cm), Musée des Beaux-Arts de Budapest. Domaine public.

L'autorité de la Loi de Moïse

Pour bien comprendre le texte, il faut revenir à l'Écriture. Que dit la Loi de Moïse à laquelle les scribes et pharisiens se réfèrent ?

Une remarque d’abord. Jésus ne remet pas en question l’accusation d’adultère : sa réponse n’est pas celle d’un avocat manipulant le droit et la jurisprudence afin que les lois en vigueur ne s’appliquent pas au cas défendu. Non. Ce n’est pas là-dessus que Jésus veut faire porter son enseignement.

En fait, Jésus ne conteste pas le crime, mais son châtiment.

Le Guerchin (1591-1666), La femme adultère (1621), (huile sur toile, 98,2 cm x 122,7 cm), Dulwich Picture Gallery, Dulwich, Angleterre. Domaine public.

L'adultère de la femme accusée : Jésus face à Moïse

En l’occurrence, la loi biblique – comme tous les codes de loi du proche-orient ancien – punissait de mort le couple formé par l’adultère (Lv 20,10 ; Dt 22,22 ; Dt 22,24).

Pire : dans la loi juive d’alors, le flagrant délit permet de se dispenser de toute procédure judiciaire et d’exécuter la peine de manière immédiate. Cette femme pourrait donc théoriquement être mise à mort aussitôt.

Mais, comme Jésus le souligne, le problème est ailleurs. Le crime de cette femme est instrumentalisé par les scribes et pharisiens pour mettre Jésus en difficulté.

— Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider celles-là. Toi, donc, que dis-tu ?
Or ils disaient cela pour l'éprouver afin d'avoir de quoi l’accuser.

Ce qui compte pour eux, c’est de pouvoir mettre Jésus en contradiction avec la Loi de Moïse.

Émile Signol (1804-1892), La femme adultère, huile sur toile (1840), (139 x 114 cm), Musée du Louvre, Paris. Domaine Public.

Le droit de grâce : le juge qui pardonne

La célèbre réplique de Jésus « que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » (Jn 8,7) étonne et dérange. En fait, elle a une double portée :

  • Elle reconnaît la culpabilité de la femme, et aussi le droit des autorités de la juger.
  • En revanche, Jésus les renvoie à leurs propres péchés et force les juges à se juger eux-mêmes.

Tous les juges partent d'eux-mêmes et donc ne prononcent pas la condamnation. Le seul juge qui reste, c'est Jésus.

Ce qu'il fait après s’apparente à ce qu'on appelle juridiquement le droit de grâce :

  • Ce droit ne blanchit pas la condamnée,
  • Mais il lui offre une nouvelle chance : être sauvée et pardonnée.
  • Et en bon juge, Jésus l'avertit : elle ne doit plus pécher.
La mythique scène du Père Noël est une ordure !

Comme on a énoooormément de choses à dire sur ce passage de la femme adultère, on a décidé d'en faire 4 épisodes. Retrouvez ici la saga complète sur Jésus et la femme adultère !

Le mot de la fin

Le poète romantique Alfred de Vigny s'inspire de ce passage en consacrant un long poème en l'honneur de la femme adultère. Il se compose de quatre parties, dont la première décrit l'adultère, la deuxième la honte qui s'empare de la femme, la troisième le retour de l'époux, et la dernière le jugement de la femme adultère par le Christ. Le poème s'achève ainsi :

Par ses cheveux épars une femme entraînée,
Qu’entoure avec clameur la foule déchaînée,
Paraît : ses yeux brûlants au Ciel sont dirigés,
Ses yeux, car de longs fers ses bras nus sont chargés.
Devant le Fils de l’Homme on l’amène en tumulte,
Puis, provoquant l’erreur et méditant l’insulte,
Les Scribes assemblés s’avancent, et l’un d’eux :
« Maître, dit-il, jugez de ce péché hideux ;
Cette femme adultère est coupable et surprise :
Que doit faire Israël de la loi de Moïse ? »
Et l’épouse infidèle attendait, et ses yeux
Semblaient chercher encor quelque autre dans ces lieux ;
Et, la pierre à la main, la foule sanguinaire
S’appelait, la montrait : « C’est la femme adultère !
Lapidez-la : déjà le séducteur est mort ! »
Et la femme pleura. — Mais le juge d’abord :
« Qu’un homme d’entre vous, dit-il, jette une pierre
S’il se croit sans péché, qu’il jette la première. »
Il dit, et s’écartant des mobiles Hébreux,
Apaisés par ces mots et déjà moins nombreux,
Son doigt mystérieux, sur l’arène légère,
Écrivait une langue aux hommes étrangère,
En caractères saints dans le Ciel retracés…
Quand il se releva, tous s’étaient dispersés.

Alfred de Vigny, « La Femme adultère », Poèmes antiques et modernes, Les Destinés, 1837, Texte établi par Louis Ratisbonne, Lemerre, 1883, Tome 1 (pp. 69-76).

Envie de (re)découvrir les Écritures ?
Notre incroyable Newsletter
- Tous les dimanches à 15h
- Gratuit, drôle et intelligemment décalé
- 3 minutes de lecture
Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte
Oups, un problème est suvenu, veuillez réessayer !

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

En abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

En vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités.