S'inscrire à la newsletter

Contempler un chef-d’œuvre : La Descente de croix de van der Weyden

Que racontent les évangiles sur la descente de croix de Jésus après sa mort ? Comment Rogier van der Weyden peint-il cette scène ? Quel lien établit-il entre Jésus et sa mère ?

4 minutes et 17 secondes avec Beyoncé, Rogier van der Weyden et Gabriel Marcel
Dernière mise à jour -  
4/7/2022

La Queen Beyoncé chante en l’honneur de la Vierge Marie

Dans le numéro d’aujourd’hui, une place toute particulière est donnée à la Vierge Marie, celle-là même que Beyoncé chante avec émotion dans cette reprise inédite de l’Ave Maria sortie en 2008 !

Le texte biblique qui raconte la mort de Jésus sur la croix

La semaine dernière, on a parlé de Joseph d'Arimathie et de la mise au tombeau. Aujourd'hui, on poursuit notre lecture de l’évangile de Matthieu, au moment de la mort de Jésus sur la croix.

Jésus, ayant crié de nouveau d’une voix forte, remit l’esprit. [...]

Étaient là aussi de nombreuses femmes observant à distance, qui avaient suivi Jésus depuis la Galilée en le servant, parmi lesquelles se trouvaient Marie la Magdeleine, et Marie, mère de Jacques et de José, et la mère des fils de Zébédée.

Le soir venu, vint un homme riche d’Arimathie, nommé Joseph, qui lui aussi était disciple de Jésus. Il alla trouver Pilate pour demander le corps de Jésus ; Pilate alors ordonna qu’on le lui remît. Ayant pris le corps, Joseph l’enveloppa d’un linceul blanc, et le déposa dans le tombeau neuf qu’il s’était fait tailler dans le roc ; puis, ayant roulé une grosse pierre à l’entrée du sépulcre, il s’en alla.

Nouveau Testament, Évangile selon saint Matthieu, chapitre 27, verset 50 puis versets 55 à 60. Traduit de la version grecque byzantine par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses Traditions.

La descente de croix de Rogier van der Weyden

Rogier van der Weyden (1399–1464), La Descente de Croix (1435, huile sur bois, 220 x 262 cm), Musée du Prado, Madrid (Espagne). Domaine public.

La scène de la descente de croix dans la peinture flamande

Aujourd’hui, nous éclairons ce passage de l’évangile à partir d’un tableau célébrissime : La descente de Croix de Rogier van der Weyden (1399-1464), conservé au Musée du Prado, à Madrid.

Peinte vers 1435 dans la pure tradition flamande, cette huile sur bois reprend un thème iconographique très populaire : la descente de croix de Jésus après sa mort.

Et comment les évangiles racontent-ils cette scène ? Eh bien… à vrai dire, ils ne la racontent pas. En effet, les évangélistes passent directement du récit de la mort de Jésus à son ensevelissement. Ainsi, l’épisode de la descente de croix, à l’image de Matthieu dans le texte ci-dessous, n’est pas racontée…

Les artistes chrétiens ont contemplé ce mystère du sacrifice du Christ à la lumière des Écritures et de leur propre expérience de l'eucharistie comme lieu du sacrifice.

Détails de La Descente de Croix de Rogier van der Weyden

La composition d’un tableau au casting extraordinaire

Ce tableau a enflammé les débats entre historiens de l’art, et on ne prétend pas les résoudre. On vous propose donc de distinguer les 3 personnages entourant le Christ au centre du tableau. Ce sont bien sûr des hypothèses :

  • Joseph d’Arimathie est représenté avec une belle barbe blanche, en train de porter le corps du Christ descendu de la croix.
  • Nicodème est à droite, richement vêtu d’un habit doré finement brodé, les veines du visages toutes gonflées par la peine et la tristesse qui l’accablent. Seul l'évangile de Jean mentionne Nicodème à la descente de croix (en Jn 19, 39).
  • Le personnage en bleu clair, en haut de l’échelle, peut bien être un ange, ou encore Simon de Cyrène, celui qui a aidé Jésus à porter sa croix.
Détail de La Descente de Croix de Rogier van der Weyden

Les larmes et l’émotion des personnages saisis par la mort de Jésus

Ce qui saisit le spectateur à la vue de ce tableau, c’est l’intensité de l’émotion qui submerge chacun des personnages :

  • La femme toute à gauche, l’une des Marie évoquées par Matthieu, se frotte les yeux tandis que de chaudes larmes coulent déjà sur sa joue.
  • De même, celle que la tradition reconnaît comme Marie-Madeleine, tout à droite du tableau, semble convulser de douleur dans un mouvement corporel improbable, les mains jointes et serrées avec énergie.
  • Enfin, l’apôtre Jean, représenté dans un grand manteau rouge, a les yeux emplis de larmes et le visage rougi de tristesse.
Détail de La Descente de Croix de Rogier van der Weyden

Le tableau suggère un puissant lien entre Jésus et sa mère Marie

Le point central du tableau est bien le corps blafard et nu du Christ mort, comme l'hostie dans les mains du prêtre.

La Vierge Marie, mère de Jésus, est représentée dans sa couleur traditionnelle, le bleu. Mais la composition du tableau suggère qu’elle est le miroir et l'imitation idéale du Christ : le spectateur remarque l’extrême pâleur de son visage.

On observe d’ailleurs une identité entre la posture corporelle de Jésus et celle de sa mère Marie. C’est là selon nous l’une des clés de lecture que le génie flamand veut dégager pour aborder le thème de la descente de croix : il y a une si grande intimité entre la mère et le fils que la douleur du fils (ici, Jésus qui est mort) se retranscrit dans la chair de sa mère (ici, Marie qui s’évanouit).

Autrement dit : Marie ressent tout ce que son fils ressent, et en voyant son fils mort, c’est comme mourir pour elle. Telle est du reste l’interprétation fantastique et puissante du peintre flamand.

Par cette insistance particulière sur la figure de Marie qui redouble la souffrance du Christ, van der Weyden peint ainsi une mère en situation de défaillir en s'associant à la mort de son fils.

Détail de La Descente de Croix de Rogier van der Weyden

La signification théologique de cette œuvre gigantesque

Ce tableau est une œuvre aux dimensions gigantesques puisqu’il mesure 220 x 262 cm ! Autrement dit, les 10 personnages qui sont représentés dans ce tableau sont globalement peints à l’échelle 1/1, c’est-à-dire en grandeur nature.

La taille du tableau est d'ailleurs un moyen supplémentaire pour le spectateur de se sentir saisi par la scène, comme happé au milieu de tant de douleurs en se tenant, comme les personnages, auprès de Jésus mort.

Pour mieux comprendre l'ampleur de ce tableau, il faut préciser qu'il n'a pas été peint pour un musée. En effet, c'est un retable, c'est-à-dire un mobilier liturgique, qui se trouve au-dessus de l'autel où est célébré le sacrifice de la messe, du Christ mort.

Au moment de l'élévation pendant la messe, le fidèle fait ainsi l'expérience de voir l'hostie consacrée se tenir devant le corps du Christ peint sur le retable : il y a identité entre le corps du Christ représenté sur le retable et le corps du Christ consacré dans l'hostie.

Détail de La Descente de Croix de Rogier van der Weyden

Le mot de la fin

Philosophe existentialiste chrétien, écrivain, auteur de pièces de théâtre et contemporain de Sartre, Gabriel Marcel (1889-1973) est un personnage à part. Il évoque ici le cœur de ce moment d’incompréhension au moment de la descente de la croix — l’espérance en face de la question de la mort :

« Il reste la très grande question, la question la plus importante, et c’est la mort. La situation de l’homme est telle que l’homme peut effectivement se trouver investi par le désespoir. Il peut se sentir enveloppé par ce désespoir. Et je dirais – non pas seulement en chrétien, mais en métaphysicien – que pour moi l’espérance est l’espérance du salut. Et je dirais plus précisément l’espérance de la résurrection. Cela signifie que pour moi l’espérance est par essence même, non de façon contingente, dans un au-delà. La mort est réellement le heurtoir. On pourrait prendre une autre image et dire : le tremplin. Le heurtoir où se bloque le train de l’espérance, mais aussi le tremplin où il prend son élan… »

Gabriel Marcel, Tu ne mourras pas, Paris, Arfuyen, 2005, p. 98-99

Envie de (re)découvrir les Écritures ?
Notre incroyable Newsletter
- Tous les dimanches à 15h
- Gratuit, drôle et intelligemment décalé
- 3 minutes de lecture
Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte
Oups, un problème est suvenu, veuillez réessayer !

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités.