S'inscrire à la newsletter

Simon de Cyrène, l’étranger qui aide le Christ à porter sa croix

Que signifie « porter sa croix » ? Pourquoi la crucifixion a-t-elle lieu hors de la ville ? Qui est Simon de Cyrène ? Que symbolise la croix du Christ lors de sa mort ?

03 minutes et 50 secondes avec Avicii, Le Greco et Jean-Pierre Lemaire
Dernière mise à jour -  
25/3/2022

Porter sa croix au son d’Avicii


Le thème de la souffrance et de l’épreuve a inspiré bien des musiques, du jazz afro-américain à l’électro du DJ suédois Avicii.

Dans le titre Without You, on entend le chanteur fredonner : « I’ve to carry my cross without you ». Traduction : « je dois porter ma croix sans toi ».

En fait, l’expression « porter sa croix », issue de l’histoire de la Passion du Christ portant lui-même la croix sur laquelle il sera crucifié, est rentrée dans le vocabulaire commun, pour venir jusqu’en Suède inspirer Avicii…

Mais au contraire du titre d’Avicii, le Christ peut trouver des alliés en chemin pour l’aider à porter ce fardeau, comme l’a fait Simon de Cyrène dans le texte biblique que nous allons analyser aujourd'hui.

Le texte biblique qui raconte le chemin de croix de Jésus

Ce passage de l’Évangile selon saint Matthieu raconte la Passion du Christ et son chemin de croix. Après avoir été condamné à mort par Ponce Pilate, Jésus est emmené pour la crucifixion par les soldats romains, puis porte lui-même la croix sur laquelle il sera mis à mort.

Alors [Pilate] leur libéra Barabbas. Quant à Jésus, une fois flagellé, il le livra pour qu’il fût crucifié. Alors les soldats du gouverneur prirent Jésus au prétoire et rassemblèrent contre lui la cohorte entière et le déshabillèrent et l’enveloppèrent d’une chlamyde écarlate.

Et ils tressèrent une couronne d'épines, la mirent sur sa tête et un roseau dans sa [main] droite et ils firent des génuflexions devant lui et se moquaient de lui disant :

— Salut, roi des Juifs !

Et ils lui crachèrent au visage et prirent le roseau et le frappaient sur la tête et lorsqu’ils se furent moqués de lui, ils le déshabillèrent de la chlamyde et l’habillèrent de ses vêtements et ils l’emmenèrent pour être crucifié.

Et en sortant, ils trouvèrent un homme, un Cyrénéen du nom de Simon. C’est lui qu’ils requirent pour qu’il portât sa croix. Et ils arrivèrent à un lieu dit « Golgotha » (qui s'interprète « le crâne »).

Nouveau Testament, Évangile selon saint Matthieu, chapitre 27, versets 26 à 33. Traduit du grec par les équipes de notre programme de recherches La Bible En Ses Traditions.

Qui est Simon de Cyrène, l’homme réquisitionné pour aider Jésus à porter sa croix ?

Pieter Brueghel l'Ancien (1526-1569), Le Portement de Croix (1564, huile sur chêne, 124 x 170 cm), Musée d'Histoire de l'art, Vienne (Autriche). Domaine public.

Jésus porte lui-même sa croix

À la lecture de ce passage, deux questions nous sont venues à l'esprit :

  • Pourquoi les Romains réquisitionnent-ils Simon pour aider Jésus à porter sa croix ?
  • Pourquoi la crucifixion a-t-elle lieu hors de la ville ?

Dans le milieu de vie de l’époque, en principe, le condamné porte lui-même son patibulum vers le lieu d’exécution. Le patibulum correspond à la poutre transversale de la croix destinée au supplice du crucifiement.

Autrement dit, lors des exécutions sous l’Empire romain, le condamné porte le haut de sa croix, le pieux vertical étant, lui, déjà planté sur place.

Mais alors, si le condamné doit porter lui-même sa croix, pourquoi Simon arrive-t-il en chemin ?

Le Greco (1541-1614), Le Christ portant la Croix (1580, huile sur toile, 105 x 79 cm), Metropolitan Museum of Art, New York (Etats-Unis). Domaine public.

Jésus est déjà affaibli et mourant

L’agonie sur une croix pouvait durer plusieurs jours. Or, dans l'Évangile de Marc, Pilate est étonné que Jésus soit déjà mort quelques heures seulement après la crucifixion.

« Pilate s’étonna qu’il soit déjà mort ; il fit appeler le centurion, et l’interrogea pour savoir si Jésus était mort depuis longtemps. » (Mc 15,44)

Le fait que Jésus meure si vite prouve qu'il était déjà très affaibli. C’est pourquoi les soldats obligent Simon à porter la croix : les Romains ont dû craindre que Jésus ne meure avant d’atteindre le lieu de la crucifixion.

La raison pour laquelle Jésus est déjà mourant au moment de porter sa croix n’est pas à chercher bien loin : les coups de fouet, la couronne d’épines et les autres éléments de son supplice l’ont déjà touché et atteint profondément dans sa chair. C’est d’ailleurs cette violence qui transparaît particulièrement dans le tableau de Bouguereau ci-dessous.

William Bouguereau (1825-1905), La Flagellation du Christ (1880, huile sur toile), Musée des Beaux-Arts de La Rochelle (France). Domaine public.

Pourquoi la crucifixion a-t-elle lieu hors de la ville ?

« Ils l’emmenèrent pour être crucifié. Et en sortant, ils trouvèrent un homme, un Cyrénéen du nom de Simon. C’est lui qu’ils requirent pour qu’il portât sa croix. Et ils arrivèrent à un lieu dit "Golgotha" » (Mt 27, 32-33)

La crucifixion a lieu hors de Jérusalem, un peu plus loin, en périphérie, sur le lieu-dit Golgotha. Pourquoi hors de la ville ? Pour théâtraliser la sentence portée par les Romains. En effet, les condamnés seront crucifiés, et donc exposés aux yeux de tous par volonté dissuasive.

Les Juifs, selon la loi biblique, exécutaient eux aussi les condamnés hors de la ville ou du campement (Lv 24,14 ; Nb 15,35-36 ; Dt 17,5), soucieux de ne pas mêler le pur de la vie avec l’impur de la mort. Pensons par exemple au martyre de saint Étienne (Ac 7, 58).

Mais cette indication topographique porte également un sens symbolique plus visible et profond :

  • C’est au moment même où il est exposé tout en haut de la croix que Jésus est le plus visible. En outre, cette situation est soulignée par la topographie : le Golgotha est un amas rocheux isolé, au-delà des murs de Jérusalem.
  • Et cette hauteur, paradoxalement, sert la gloire de la croix. C’est dans la souffrance et la mort que le Christ montre de façon éclatante son amour et sa volonté de sauver les hommes, y compris ses bourreaux.
Hans Multscher (c.1400-c.1467), Jésus-Christ portant la Croix (1437, huile sur bois, 150 x 140 cm), Gemäldegalerie, Berlin (Allemagne). Domaine public.

Simon de Cyrène, un étranger prêtant main forte au Christ

« Et en sortant, ils trouvèrent un homme, un Cyrénéen du nom de Simon. C’est lui qu’ils requirent pour qu’il portât sa croix. » (Mt 27,32)

Qui est cet homme requis par les soldats romains et contraint à prendre part au chemin de croix du Christ ?

L’homme est dit Cyrénéen. Or, Cyrène est une ville en Libye. Jadis colonie grecque, elle abrite une importante diaspora juive. Autrement dit : Simon est un étranger saisi au passage lors du parcours de Jésus le menant au Golgotha.

Simon de Cyrène est un homme, parmi la foule, peut-être plus costaud que la moyenne, assez fort pour aider Jésus à porter sa lourde croix. En effet, d’après les recherches contemporaines, un patibulum pèse entre 50 et 80 kg.

Symboliquement, les Pères de l’Église lisent cette indication sur la nationalité de Simon comme une manière d’annoncer que le salut apporté par le Christ n’est pas réservé à un peuple, mais au contraire qu’il s’adresse à tous.

Auteur et dates inconnus, 5ème station de chemin de croix en émail de Limoges, église Notre-Dame- des-Champs, Avranches, Normandie. Domaine public.

Le mot de la fin

​​La rencontre de Simon de Cyrène avec Jésus intervient au cœur du chemin de croix. Le poète français Jean-Pierre Lemaire déploie la beauté et la puissance de ce face-à-face, rapide et décisif. Il adopte le point de vue de Simon de Cyrène dans ce poème absolument magnifique :


Le poids de la vie,

je n’en avais pas grande idée avant
qu’on me réquisitionne. Au retour des champs,
quand on m’a collé la croix sur le dos,

j’en ai senti la griffe énorme, inévitable :
le ciel a basculé avec les maisons
du faubourg, le mont chauve, la haie des visages
fripés par la haine ou la compassion.

Il a fallu marcher. Lui devant, moi derrière,
nous formions ensemble un étrange attelage
et la croix traçait par terre un sillon
aussitôt piétiné. Je soulevais un tiers

ou un quart de la charge ; il portait le reste
- un regard de sa mère m’a récompensé.
Arrivé en haut, j’ai pu repartir.
On lui réservait la dernière étape

à faire immobile, cloué sur le bois.
Je me suis redressé pour le voir en face,
lui confier le fardeau dont j’étais soulagé.
Il l’a reçu, tenu à bout de bras

Jusqu’au dernier soupir. Le chemin m’a roulé
en bas de la colline, muet, attendant
la réponse d’en haut. Du poids que j’ai connu
et qui ralentit mon pas aujourd'hui,

la part que je garde est humaine, légère.
Je marche à présent le dos droit, les yeux libres,
cherchant son visage entre ciel et terre.
Je le suis toujours.

Jean-Pierre Lemaire, « Simon de Cyrène », Le pays derrière les larmes, Paris, NRF, 2016 ; p. 351.

Envie de (re)découvrir les Écritures ?
Notre incroyable Newsletter
- Tous les dimanches à 15h
- Gratuit, drôle et intelligemment décalé
- 3 minutes de lecture
Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte
Oups, un problème est suvenu, veuillez réessayer !

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

En abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

En vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités.