S'inscrire à la newsletter

La rencontre entre la reine de Saba et Salomon dans le Coran

Comment la tradition juive permet-elle de mieux comprendre le Coran ? Les différents textes sacrés se font-ils écho ? Que raconte le récit coranique de l'arrivée de la Reine de Saba ?

04 minutes 37 secondes avec Gaël Faye, la reine de Saba et le roi Salomon
Dernière mise à jour -  
8/7/2022

Faites place à la reine de Saba

Ma femme c'est une bombe, une hécatombe
Quand elle passe dans ton monde ; tous les gars tombent [...]
Indépendante est ma femme, l'intelligence incarnée

C'est la reine de Saba, c'est Cléopâtre réincarnée

Dans Ma Femme, chanson qui prend la forme d'une ode et d'une sublime déclaration d'amour à sa femme, le chanteur et rappeur Gaël Faye compare la beauté de sa femme à celle de la Reine de Saba. Pour écouter ce moment de poésie contemporaine, appuyez sur la tête de Gaël en plein concert.

Écrite en 1996 par Jean-Jacques Goldman, la célèbre et mythique chanson « Aïcha » de Khaled fait également référence à la Reine de Saba, connue pour son charme, pour sa beauté et pour les merveilles et richesses de son royaume.

Et pour mieux comprendre la référence, on s'occupe de vous faire découvrir ou redécouvrir ce savoureux passage de l'Ancien Testament... et du Coran !

Le texte biblique qui raconte la rencontre entre la reine de Saba et Salomon

Au commencement de son règne, le roi Salomon demande une chose à Dieu : la sagesse pour gouverner. Dieu lui donne cette sagesse qui fera sa renommée « dans toute la région et bien au-delà d’Israël ». La Reine de Saba, impressionnée par l’aura qui entoure le roi Salomon, décide donc de venir à Jérusalem pour se faire sa propre idée.

La reine de Saba, ayant appris la renommée de Salomon, au nom de YHWH, vint l’éprouver par des énigmes. Elle vint à Jérusalem avec un équipage très considérable, des chameaux portant des aromates, de l’or en très grande quantité et des pierres précieuses. Elle vint auprès de Salomon et lui dit tout ce qu’elle avait en son cœur.

Salomon répondit à toutes ses questions. [...] Quand la reine de Saba eut vu toute la sagesse de Salomon et la maison qu’il avait bâtie et les mets de sa table et les appartements de ses serviteurs et les chambres et les vêtements de ses domestiques, ses échansons et l'escalier par où il montait dans la maison de YHWH, elle eut le souffle coupé.

Elle dit au roi :

— Elle était vraie la parole que j'ai entendue dans ma terre sur tes paroles et sur ta sagesse ! Je ne croyais pas leurs dires jusqu'à ce que je sois venue et que j'aie vu de mes yeux et voici qu’on ne m’en avait pas rapporté la moitié ! Tu surpasses en sagesse et en magnificence la renommée que j'avais entendue. Heureux tes gens, heureux tes serviteurs, ceux-ci qui se tiennent devant toi continuellement, écoutant ta sagesse ! Que YHWH ton Dieu soit béni, lui qui s’est complu en toi et t'a placé sur le trône d’Israël, parce que YHWH aime Israël pour toujours et il t’a établi roi pour que tu fasses le jugement et la justice.

Premier livre des Rois, chapitre 10, versets 1 à 9. Traduit de l'hébreu par les équipes du programme de recherches La Bible en ses traditions

Quand la reine de Saba vient à la rencontre du roi Salomon

William Rose (1909-1972), La Reine de Saba, illustration parue dans le journal The American Weekly en 1951. Domaine public.

La rencontre entre Salomon et la reine de Saba dans le Coran

Ce texte biblique très célèbre a beaucoup inspiré les traditions juives et musulmanes. Aujourd’hui, avec les Frères de l'Institut dominicain d’études orientales (IDÉO), spécialistes internationaux (si, si, on insiste) de l’étude coranique, on s’intéresse à un sujet pointu et marrant :

Comment le Coran, en s’inspirant de la tradition juive, nous parle-t-il de la visite de la reine de Saba à Salomon ?

👉 Voilà ce que nous raconte le Coran de cette visite (Coran, Sourate 27 « Les fourmis  », 44, traduction de Denise Masson) :

On lui dit : «  Entre dans le palais  !  »
Lorsqu’elle l’aperçut, elle crut voir une pièce d’eau, et elle découvrit ses jambes.
Salomon dit  : «  C’est un palais dallé de cristal   !  »
Elle dit  : «  Mon Seigneur  ! Je me suis fait tort à moi-même  ; avec Salomon, je me soumets à Dieu, Seigneur des mondes  !  »
Arrivée Jérusalem Reine de Saba paons caravane brume Ziani
Hocine Ziani (1982), La reine de Saba (huile sur toile, 2015), Algérie. Collection privée. Domaine public.

Une différence notable entre les deux récits

On peut déjà noter une petite différence entre les textes biblique et coranique :

  • ☝️ dans la Bible, la reine de Saba vient de sa propre initiative à Jérusalem et elle repart admirative de la richesse et de la sagesse de Salomon, ce qui l'incline à rendre hommage à YHWH, Dieu de Salomon, Roi d'Israël.
  • ✌️ mais dans le Coran, c’est Salomon qui la convoque, et elle repart chez elle après s’être convertie à Dieu.

Première remarque : dans le Targūm Shênī, texte de la tradition juive rédigé en araméen et amplifiant le récit biblique, c’est également Salomon qui convoque la reine de Saba. C’est l’indice d’une influence de la tradition juive sur ce texte du Coran.

Une histoire de Djinn et de jambes poilues

Dans l’Arabie pré-islamique, les hommes croyaient en l’existence de Djinn, créatures invisibles dotées de pouvoirs surnaturels pouvant prendre différentes formes et capables d’influencer les êtres humains. La tradition musulmane qui fleurit dans les premiers temps en Arabie va reprendre cette croyance.

Dans Aladdin, on retrouve un djinn en la figure du Génie qui sort de la lampe et lui permet d'affronter le vizir Jafar.

Tradition juive et tradition musulmane

La tradition musulmane relisant ce texte raconte que des djinns de l’entourage de Salomon lui avaient soufflé que la reine de Saba était elle-même un djinn, et qu’elle avait des jambes poilues et des sabots de chèvre.

C’est pour le vérifier que Salomon la fit entrer sur un sol de cristal. Croyant voir de l’eau, elle relève sa robe. Salomon voit qu’elle a du poil aux jambes... mais ses pieds sont bien humains. Salomon est donc rassuré sur le fait que la Reine de Saba est bien une femme.

En fait, cette histoire de poil aux jambes vient d’un midrash juif. On voit donc ici un nouveau détail qui indique que la tradition musulmane lit le texte du Coran en écho de la tradition juive.

Salomon Hall Reine de Saba châteaux riche sol cristal Jacques Stella Musée des Beaux-Arts de Lyon
Jacques Stella (1596-1657), Salomon recevant la Reine de Saba (huile sur toile, 1650), Musée des Beaux-Arts de Lyon situé dans le palais Saint-Pierre, Lyon.

Pourquoi la reine de Saba est-elle impressionnée par le sol de cristal qu’elle prend pour de l’eau ?

En voyant le sol de cristal, qu’elle prend pour une pièce d’eau, la reine de Saba semble réaliser qu’elle a face à elle un homme de Dieu et se convertit.

Sauf à en rester à une lecture superficielle et à des histoires de poils, ce point-là du texte coranique est incompréhensible si l’on ne connaît pas l’avertissement de Rabbi Aqiba (rabbin du premier siècle) à ceux qui entreront au paradis  : ils arriveront sur un sol de marbre pur qu’ils prendront pour de l’eau.

👉 Au moment où elle relève sa robe, la reine comprend qu’elle entre au paradis, c’est-à-dire que Salomon est saint, et donc qu’il adore le vrai Dieu. Et elle se convertit.

Cela constitue un troisième indice de l’influence de la tradition juive sur ce texte du Coran et surtout de la nécessité de connaître les textes des rabbins pour bien interpréter le texte du Coran !

La fameuse Reine de Saba a donné son nom au savoureux gâteau au chocolat « Reine de Saba ». Il peut vous faire succomber tel le roi Salomon devant la souveraine orientale.

Petite conclusion à partir de l'analyse de ce texte coranique

  • La Bible et le Coran, bien que reprenant des figures semblables (Salomon et la reine de Saba) ne racontent pas la même histoire et délivrent une vision théologique différente.
  • Le Coran est tissé à la fois des croyances (au djinn par exemple) du milieu culturel dont il surgit et des traditions bibliques qu’il connaît (ici, la tradition juive).
Piero della Francesca (1415-1492), La Reine de Saba rencontrant Salomon, (vers 1466, fresque). Collection San Francesco, Arezzo (Italie). Domaine public.

Pour aller plus loin

Comme les frères de l’IDÉO sont sympas, ils ont pensé à toutes les questions que vous pourriez vous poser, ou l’éventuelle envie d’en savoir plus qui pourrait vous étreindre. Du coup, si l’un ou l’autre sujet de l’éclairage du jour vous intéresse, vous pouvez vous procurer l’un de ces ouvrages. Sûr que vous ne perdrez pas votre temps :

  • Mohammad Ali Amir-Moezzi & Guillaume Dye (éds.), Le Coran des historiens, Cerf, Paris, 2019.
  • Jean-Louis Déclais, « Salomon », Dictionnaire du Coran, Mohammad Ali Amir-Moezzi (éd.), Robert Laffont, Paris, 2007, pages 785–787.
  • Louis Ginzberg, Les légendes des Juifs, Éditions du Cerf, Paris, 2004.
  • Geneviève Gobillot, « Des textes pseudo-clémentins à la mystique juive des premiers siècles et du Sinaï à Maʾrib », dans : The coming of the comforter, Carlos A. Segovia & Basil Lourié (éds.), Piscataway : Gorgias Press, pages 3‒89.
Bob l'éponge dessin animé feuilleté livre lunette ouvrage
Bonne lecture !

Envie de (re)découvrir les Écritures ?
Notre incroyable Newsletter
- Tous les dimanches à 15h
- Gratuit, drôle et intelligemment décalé
- 3 minutes de lecture
Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte
Oups, un problème est suvenu, veuillez réessayer !

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

En abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

En vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités.