S'inscrire à la newsletter

Le jugement de Salomon : union royale de la justice et de la sagesse

D’où vient l’expression « jugement de Salomon » ? Que raconte l’épisode biblique peint par Nicolas Poussin ? Comment le roi Salomon fait-il justice en sauvant un bébé ?

4 minutes et 26 secondes avec Haendel, Nicolas Poussin, Rubens, Paul Beauchamp et un peu de biathlon
Dernière mise à jour -  
8/7/2022

Le récit biblique du jugement de Salomon en musique

Solomon (répertorié HWV 67 de son petit surnom technique), est un oratorio en trois actes de Georg Friedrich Haendel (1685-1759), daté de 1748. 

Et comme son nom l’indique, cette œuvre musicale ne parle pas de chou ou de carotte, mais bien de l’histoire biblique du roi Salomon. On revient justement aujourd’hui sur l’histoire du fameux jugement de Salomon.

Le texte biblique qui raconte l’histoire du jugement du roi Salomon face aux deux femmes

Le récit du jugement de Salomon est emblématique de la sagesse du roi qui prend la bonne décision. Redécouvrez ce récit biblique savoureux.


Deux femmes, des prostituées, vinrent vers le roi [Salomon] et elles se tinrent en face de lui. L’une des femmes dit :
— De grâce, mon seigneur ! Moi et cette femme, nous habitons dans la même maison, et j’ai accouché auprès d’elle dans la maison. Et advint que le troisième jour après mon accouchement, cette femme aussi a accouché. Nous étions ensemble, il n'y avait pas d'étranger avec nous, rien que nous deux dans la maison. Or le fils de cette femme-ci est mort pendant la nuit, sûrement qu’en dormant elle l'a étouffé ! Et se levant en pleine nuit en silence, elle a enlevé mon fils d'à côté de moi, [le fils] de ta servante qui dormait, et l'a placé sur son sein. Quant à son fils qui était mort, elle l'a mis sur mon sein. Et comme je m'étais levée le matin pour donner le lait à mon fils, il apparut mort. Mais le regardant plus attentivement à la claire lumière, j'ai saisi qu'il n’était pas le mien, que j’avais enfanté.

Et l’autre femme répondit : 
— Il n'en est pas ainsi ! Mais ton fils est mort, et le mien vit.

À l'opposé, celle-là disait : 
— Tu mens ! Mon fils, pour sûr, vit, et ton fils est mort.

Et de cette façon elles se disputaient face au roi. 

Le roi dit alors :
— Celle-ci dit « Mon fils vit, et ton fils est mort » ; et celle-là a répondu « Non mais ton fils est mort, et mon fils vit ». 

Le roi, donc, dit :
— Apportez-moi un glaive.

Comme on avait apporté le glaive face au roi il dit : 
— Divisez l'enfant vivant en deux parts et donnez la moitié à l’une et la moitié à l’autre.

Or, ses entrailles en effet s'étaient émues pour son fils, la femme dont le fils était vivant dit au roi :
— Je vous en supplie, seigneur, donnez-lui l'enfant vivant, et ne le faites pas périr.

Au contraire celle-là disait :
— Qu’il ne soit ni à moi ni à toi ! Qu'il soit divisé ! 

Et le roi répondit et dit :
— Donnez l'enfant à celle qui a dit « Donnez-le lui et ne le faites pas mourir de mort ». Elle [est] sa mère.

Et tout Israël apprit ce jugement que jugea le roi, et l’on craignit en face du roi car on vit qu'une intelligence de Dieu [était] en lui pour faire acte de justice.

Ancien Testament, Premier Livre des Rois, chapitre 3, versets 16 à 28. Traduit du latin de la Vulgate par les équipes du programme de recherches La Bible en ses Traditions.

Le jugement de Salomon, une justice qui rend digne

Nicolas Poussin (1594-1665), Le jugement de Salomon (1649, huile sur toile, 101 x 150 cm), Musée du Louvre, Paris (France). Domaine public.

La justice, première qualité d’un roi 

Au Proche-Orient ancien et dans l’Antiquité, la première qualité du roi est d'être juste, et la justice était un attribut divin. Le roi ou la reine étaient les mandataires terrestres de cette justice céleste. Ce sont eux qui devaient en assurer sa mise en pratique. 

Comme en témoigne l’Ancien Testament, le peuple d’Israël ne fait donc pas exception et partage cet arrière-fond culturel. Les Écritures parlent d’ailleurs très souvent de la justice de Dieu et de son lien avec le statut royal. Voici deux exemples, dans les Psaumes et dans le Livre des Proverbes :

Ô Dieu, donne au roi ton jugement, au fils de roi ta justice, qu'il rende à ton peuple sentence juste et jugement à tes petits. (Ps 72, 1-2 )
Abomination pour les rois : commettre le mal. Car sur la justice le trône est établi. (Pr 16, 12)

C’est dans ce cadre qu’il faut situer le récit du jugement de Salomon, qui survient tout au début de son règne. Les auteurs des deux Livres des Rois l’ont placé à cet endroit afin de montrer, d’entrée de jeu, que ce souverain sera compétent en étant un véritable médiateur de la justice divine

Mais, comme nous le verrons, ce récit va plus loin en précisant de quel type de justice il s’agit : une justice créatrice de dignité.

Le Roi Salomon, star de l'Ancien Testament ! On ne va pas dire que ça n'a rien à voir avec la marque de ski Salomon, mais disons que le récit biblique ne dit rien sur les médailles en biathlon glanées par le Roi d'Israël au Xe siècle avant Jésus-Christ !! © Steffen Prößdorf

Un récit bien structuré où l’épée agit comme point de bascule

Le roi dit alors :
— Celle-ci dit “Mon fils vit, et ton fils est mort” ; et celle-là a répondu “Non mais ton fils est mort, et mon fils vit.”
Le roi, donc, dit :
— Apportez-moi un glaive. (1R 3, 23-24)

Dans l’histoire du jugement de Salomon, l’épée du roi constitue le point de bascule. En effet, c’est la mention du glaive qui provoque un changement dans le vocabulaire employé pour parler des enfants. 

  • Au début, la première femme utilise uniquement l’adjectif mort pour qualifier un des enfants (v. 19.20.21). 
  • Dans le résumé du cas par les deux femmes et par le roi, chaque enfant est désigné quatre fois comme étant soit mort, soit vivant (v. 22-23). 
  • Mais à partir de l’instant où Salomon demande l’épée, il n’est plus question que de l’enfant vivant (v. 25.26.26.27).

Paradoxalement, c’est donc en demandant un objet qui symbolise habituellement la mort que Salomon fait surgir la vie

En réclamant l’épée, il détourne l’attention de la première femme, qui était entièrement tournée vers la mort, et la réoriente vers la vie. Il provoque même chez elle une supplication pour la vie, tandis que l'autre femme s’enfonce dans une dynamique de mort en souhaitant le trépas du deuxième enfant : 

La femme dont le fils était vivant dit au roi :
— Je vous en supplie, seigneur, donnez-lui l'enfant vivant, et ne le faites pas périr.
Au contraire l'autre disait :
— Qu’il ne soit ni à moi ni à toi ! Qu'il soit divisé ! (1R 3, 26)
Vitrail de la cathédrale de Strasbourg (transept nord), Le jugement de Salomon (fin du XIIème siècle). Domaine public.

Au sommet du suspense, Salomon prend la décision juste

C’est donc au moment où le récit arrive au paroxysme du suspense que le roi rend son jugement : 

Et le roi répondit et dit :
— Donnez l'enfant à celle qui a dit « Donnez-le lui et ne le faites pas mourir de mort ». Elle [est] sa mère. (1R 3, 27)

Salomon fait ainsi retomber toute la tension de manière dramatique. Or, il est essentiel de noter le nom employé ici pour désigner la première femme : « C’est elle la mère. » 

Dans ce récit qui parle pourtant abondamment d’accouchement, d’enfant, de fils et d’allaitement, c'est la première fois que le nom « mère » est utilisé. Le chemin parcouru par la première femme est donc considérable : 

  • Au début du récit, elle est simplement présentée comme une prostituée.
     
  • Elle devient une femme à partir du moment où elle prend la parole. Dès cet instant, elle n’est plus désignée par son statut social, mais comme étant une personne humaine à part entière. Elle gagne déjà en dignité en ayant eu le courage de se présenter, elle, une femme du plus misérable rang social, devant le prestigieux nouveau roi d’Israël, pour faire entendre sa cause.
     
  • Et elle passe au statut particulier de mère après avoir été remuée au plus profond d’elle-même par la requête du roi et après l’avoir supplié d’épargner la vie de son enfant. Elle acquiert à ce moment un nouveau rôle, plus gratifiant que celui de prostituée, un rôle qui donne du sens à sa vie.
Peter Paul Rubens (1577-1640), Le jugement de Salomon (1617, huile sur toile, 234 x 303 cm), Statens Museum for Kunst, Copenhague (Danemark). Domaine public.

Une distinction qui se précise entre les deux femmes

À partir de l'évolution de la première femme, un écart se creuse et une distinction très nette s'opère :

  • La première femme est située dans le registre de l’être : « c’est elle la mère » (1 R 3, 27)
  • tandis que la deuxième se cramponne au registre de l’avoir : « Il ne sera ni à moi ni à toi, partagez ! » (1R 3, 26)
Matthias Stom (1615-1649), Le jugement de Salomon (1640, huile sur toile, 152 x 205 cm), musée des Beaux-Arts, Boston (Etats-Unis). Domaine public.

Conclusion : du presque rien au tout au tout

L’introduction et la conclusion témoignent de l’expansion spectaculaire de la justice de Salomon. En effet : 

  • la justice du roi commence non pas avec de riches marchands ou d’influents fonctionnaires, mais avec deux prostituées, deux personnes qui se trouvent au plus au bas de l’échelle sociale, 
  • et se termine avec « tout Israël » qui reconnaît que le roi « avait en lui une sagesse divine pour rendre la justice » (1R 3, 28). 

Voici donc la conclusion que l'on peut donner à ce récit : la justice divine englobe tout le monde, en commençant par les plus petits, les plus faibles et les plus vulnérables.

On profite de la fin de cet éclairage pour dire un immense merci à notre ami Francis, directeur de la SOCABI et lecteur de PRIXM depuis Montréal au Canada, qui a librement inspiré cet épisode !

Falnamah (Le livre de divination), Les bêtes se rassemblant devant Salomon et la reine de Saba (vers 1620, illustration), collection Khalili d'art islamique. Domaine public.


La semaine prochaine, on parlera justement du roi Salomon et de la reine de Saba dans le Coran. Cette peinture fait donc transition et offre un teasing parfait !

Le mot de la fin

Le jugement de Salomon est devenu un symbole de justice. Mais Paul Beauchamp, grand théologien jésuite du XXe siècle, nous rappelle qu'il ne s'agit pas d'un simple compromis facile :

« “Sagesse” est le mot traditionnel qui résume le règne de Salomon, son attribut principal. Mais ce mot n’a pas tout à fait, pour la Bible, le sens plutôt contemplatif que nous lui donnons. Il dit l’art de se servir des dons de Dieu, mais à tous les niveaux : la parole, l’économie, la vie quotidienne, la religion. Le célèbre jugement de Salomon est son premier et son plus bel acte de gouvernement. Il juge entre deux femmes qui se prétendent la mère du même enfant. L’une aime mieux céder l’enfant que le voir mourir. L’autre accepte de voir chacune en recevoir la moitié. Elle n’est donc pas la mère. Aujourd’hui, quand on parle de “jugement de Salomon”, on veut dire “ménager les deux parties”. C’est bien loin du vrai sens ! »

Paul Beauchamp (1924-2001), Cinquante portraits bibliques, Paris, Seuil, 2000, p. 136

Envie de (re)découvrir les Écritures ?
Notre incroyable Newsletter
- Tous les dimanches à 15h
- Gratuit, drôle et intelligemment décalé
- 3 minutes de lecture
Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte
Oups, un problème est suvenu, veuillez réessayer !

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

En abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

En vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités.