S'inscrire à la newsletter

Que signifie le nom « Golgotha », le lieu de la crucifixion de Jésus ?

Où Jésus a-t-il été crucifié ? Que signifie Golgotha ? Pourquoi dit-on « lieu du Calvaire » ? Quelles significations peut-on retenir sur l’endroit de la crucifixion ?

03 minutes et 21 secondes avec Hollywood, Jean Gabin, Edvard Munch, Bossuet et un peu de géographie
Dernière mise à jour -  
4/7/2022

Un film culte et une fine référence au Golgotha


Sorti en 1959, Ben-Hur est un péplum incontournable de l'histoire du cinéma, récompensé par 11 Oscars !

Une des scènes cultes du film imagine le héros du film assistant à la crucifixion du Christ : « What has he done to merit this ? » [Qu'a-t-il fait pour mériter cela ?] interroge-t-il, médusé, au pied du Golgotha.

Au pied du quoi ? « Golgotha » ? Oui, c'est l'occasion pour nous de vous expliquer le sens de ce mot curieux !

Le texte biblique qui raconte la crucifixion de Jésus sur le mont Golgotha

Nous continuons la lecture du passage que nous avons analysé la semaine dernière. Ce passage de l’évangile de Matthieu raconte la passion du Christ et son chemin de croix.

Une fois flagellé, Pilate livra Jésus pour qu’il fût crucifié. Alors les soldats du gouverneur prirent Jésus au prétoire et rassemblèrent contre lui la cohorte entière et le déshabillèrent et l’enveloppèrent d’une chlamyde écarlate.

Et ils tressèrent une couronne d'épines, la mirent sur sa tête et un roseau dans sa main droite et ils firent des génuflexions devant lui et se moquaient de lui disant :

— Salut roi des Juifs !

Et ils lui crachèrent au visage et prirent le roseau et le frappaient sur la tête et lorsqu’ils se furent moqués de lui, ils le déshabillèrent de la chlamyde et l’habillèrent de ses vêtements et ils l’emmenèrent pour être crucifié.

Et en sortant, ils trouvèrent un homme, un Cyrénéen du nom de Simon. C’est lui qu’ils requirent pour qu’il portât sa croix. Et ils arrivèrent à un lieu dit « Golgotha » (qui s'interprète « le crâne »).

Évangile selon saint Matthieu, chapitre 27, versets 26 à 33. Traduit du grec par les équipes de notre programme de recherches La Bible En Ses Traditions.

Le Mont Golgotha, lieu où Jésus meurt sur la croix

L'église du Saint-Sépulcre est bâtie sur le lieu que la tradition chrétienne définit comme le Golgotha. Cette basilique est aujourd'hui située au cœur de la Vieille ville de Jérusalem.

Le Golgotha, lieu de la crucifixion du Christ

« Et ils arrivèrent à un lieu dit "Golgotha" – qui s'interprète "le crâne" » (Mt 27,33)

Le nom propre « Golgotha » désigne le lieu de la crucifixion de Jésus. En fait, c'est une transcription de l'araméen gulgoltha qui signifie « le crâne ». L’araméen est la langue sémite parlée par les Juifs y compris Jésus à son époque, et jusqu'à aujourd'hui par nombre de chrétiens d'Orient.

Notons que chacun des quatre évangiles mentionne spécifiquement ce lieu : Matthieu (Mt 27, 33) ; Marc (Mc 15, 22) ; Luc (Lc 23, 33) ; Jean (Jn 19, 17).

Dans les représentations artistiques, à l'image du tableau d'Andrea Mantegna ci-dessous, le crâne au pied de la croix renvoie à celui d'Adam, le premier homme. Par ce symbole, la tradition chrétienne présente ainsi le sacrifice de Jésus sur la croix comme l'ultime Adam qui sauve l'humanité entière.

Andrea Mantegna (1431-1506), Crucifixion (1457-1460, huile sur panneau, 76 x 96 cm), Musée du Louvre, Paris (France). Domaine public. Le lieu du Golgotha est souvent symbolisé par un crâne ou par des ossements au pied de la croix, comme sur ce tableau.

L’origine de l'expression populaire « c’est un calvaire »

La traduction de « Golgotha » en grec est directement donnée par les textes évangéliques : kraniou topos, que l'on peut traduire par « lieu du crâne ».

Dans la Vulgate, c'est la formule calvariæ locus, d'où nous vient le mot calvaire, qui est utilisée. La Vulgate est la traduction de la Bible en latin, fixée notamment par saint Jérôme à la fin du 4e siècle. La traduction latine « calvariæ locus » signifiant « lieu du crâne » vient du terme calvaria qui signifie littéralement « boite crânienne », lexicalisé ensuite en « lieu du Calvaire ».

Cela vous rappelle certainement l’expression populaire « c’est un calvaire » ou « vivre un calvaire » ! D'origine biblique, ces expressions font donc référence à la Passion du Christ et plus précisément au lieu de son supplice et de sa mort sur la croix.

Le fait que les évangélistes laissent volontairement le nom araméen initial, puis le traduisent, est un élément significatif. Nous nous sommes donc posé une nouvelle question : quelle est le sens de l’expression « lieu du Crâne » traduisant « Golgotha » ?

Sorti en 1935, le film de Julien Duvivier intitulé Golgotha retrace la vie du Christ, de son arrivée à Jérusalem à sa crucifixion et sa résurrection. Et c'est Jean Gabin qui y campe le rôle de Ponce Pilate !

Une expression au sens topographique

Le mot « Golgotha » a tout d'abord un usage topographique. Autrement dit, c’est tout simplement le nom d’un lieu réel à l'Ouest de la ville de Jérusalem au premier siècle, à l’époque de Jésus. C’est aussi une probable allusion à l’apparence du lieu, évoquant vaguement un crâne. En effet, le Golgotha est une butte, un petit relief rocheux. Ce nom revêt donc une valeur historique.

Mais cette indication géographique possède également un sens symbolique plus profond : c’est au moment même où il est exposé tout en haut de la croix, d’une hauteur accentuée par la géographie, que Jésus est le plus visible. Et cette hauteur, paradoxalement, sert la gloire du Crucifié, comme il l'annonce lui-même dans l'évangile de Jean :

« Et moi, une fois élevé de terre, je les attirerai tous à moi. » (Jn 12, 32)

C'est là tout le renversement que vient opérer la mort de Jésus au Golgotha : la gloire de Jésus est à son sommet lors de ce complet abaissement. Or, cette gloire prend donc paradoxalement la forme d'une complète humiliation par une mort au sommet d'une croix au sommet d'une petite colline locale.

École flamande, d'après Jérôme Bosch, La Montée au Calvaire (vers 1540, huile sur bois, 107x149 cm), Musée Mayer van den Bergh, Anvers (Belgique). Domaine public. On peut distinguer la ville de Jérusalem à gauche ; et la colline du Golgotha où se dressent les croix des condamnés, à droite.

Golgotha : le lieu des supplices ?

L’interprétation plus tardive (issue des travaux de saint Jérôme notamment) voit dans le terme Golgotha une allusion à l’usage de l’endroit comme lieu d’exécutions publiques : ceux qui ont subi la peine capitale y sont enterrés, d’où l’évocation du « crâne » en tant qu’ossement.

Cette lecture symbolique souligne l’impureté du lieu et l’humiliation subie par Jésus lors de sa mort en un tel lieu, situé en dehors de la ville, comme on l'expliquait la semaine dernière.

C’est donc en un lieu chargé de significations et de connotations que survient la mort du Christ. Et c’est ainsi que Dieu meurt en un lieu à l’écart, en hauteur, en dehors de la ville, fixé sur une croix.

Edvard Munch (1863-1944), Golgotha (1900, peinture à l'huile sur toile, 80×120 cm), Munch Museum, Oslo (Norvège). Domaine public.

Le mot de la fin

Grand prédicateur et orateur du XVIIème siècle, Jacques-Bégnine Bossuet, parle ici du Golgotha et de la mort du Christ sur la croix :

« Mes frères, je vous en conjure, soulagez ici mon esprit ; méditez vous-mêmes Jésus crucifié, et épargnez-moi la peine de vous décrire ce qu'aussi bien les paroles ne sont pas capables de vous faire entendre. Contemplez ce que souffre un homme qui a tous les membres brisés et rompus par une suspension violente ; qui, ayant les mains et les pieds percés, ne se soutient plus que sur ses blessures, et tire ses mains déchirées de tout le poids de son corps entièrement abattu par la perte du sang ; qui, parmi cet excès de peines, ne semble élevé si haut que pour découvrir de loin un peuple infini qui se moque, qui remue la tête, qui fait un sujet de risée d'une extrémité si déplorable. Et après cela, Chrétiens, ne vous étonnez pas si Jésus dit "qu'il n'y a point de douleur semblable à la sienne" »

Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704), Sermons pour le Carême du Louvre (1662), Paris, Gallimard, 2001 ; p. 255-256

Envie de (re)découvrir les Écritures ?
Notre incroyable Newsletter
- Tous les dimanches à 15h
- Gratuit, drôle et intelligemment décalé
- 3 minutes de lecture
Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte
Oups, un problème est suvenu, veuillez réessayer !

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

En abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

En vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités.