S'inscrire à la newsletter

Miracle au lac de Tibériade : Jésus marche sur l’eau

Quelle est la symbolique du miracle de la marche sur l’eau ? Quel parallèle peut-on établir entre Jésus marchant sur l’eau et Moïse traversant la mer Rouge ?

4 minutes et 39 secondes avec Beyoncé, Eminem, William Dyce, Origène et un oiseau
Dernière mise à jour -  
24/5/2022

Eminem, Beyoncé et Jésus qui marche sur l’eau

On ne se lasse pas de le montrer chaque semaine : que ce soit Jean-Sébastien Bach ou Bob Marley, la Bible peut inspirer les artistes de tous les styles et de toutes les époques !

Sorti en 2017, le titre Walk on Water réunit Beyoncé et Eminem autour d’une référence à l’évangile. De quoi parle-t-on ? Tout simplement de l’épisode où Jésus marche sur l’eau.


Beyoncé ouvre le morceau par ces mots :

I walk on water / But I ain't no JesusI walk on water / But only when it freezes
Je marche sur l'eau / Mais je ne suis pas JésusJe marche sur l'eau / Mais seulement quand elle gèle

Et dans le final, elle conclut :

'Cause I'm only human, just like you
Car je ne suis qu’un être humain, tout comme toi

En fait, Beyoncé et Eminem font une très belle lecture de ce passage de l’Évangile, où il est question de la divinité de Jésus. On vous en dit plus dans l’éclairage !

Le texte biblique qui raconte le miracle de Jésus marchant sur l’eau

Dans l’évangile de Matthieu, l’épisode de la marche sur les eaux intervient au cours de la vie publique de Jésus et fait suite à la première multiplication des pains.

Aussitôt, Jésus obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive jusqu’à ce qu’il ait renvoyé les foules. Ayant renvoyé les foules il monta dans la montagne à l’écart pour prier.

Le soir étant venu, il était là seul. La barque était déjà au milieu de la mer tourmentée par les vagues. Le vent en effet était contraire. À la quatrième veille de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer et les disciples, en le voyant marcher sur la mer, furent troublés et dirent :
— C’est un fantôme !

Et, de peur, ils crièrent et aussitôt Jésus leur parla en disant :
— Courage, moi je suis, ne craignez pas.

Pierre lui répondant dit :
— Seigneur, si toi tu es, ordonne que je vienne vers toi sur les eaux.

Et il dit :
— Viens !

Et descendant de la barque, Pierre marchait sur les eaux et vint vers Jésus. Mais voyant le vent, il prit peur et comme il commençait à couler, il s’écria disant :
— Seigneur, sauve-moi !

Et aussitôt Jésus étendant la main le saisit et lui dit :
— Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?

Et comme ils montaient dans la barque le vent cessa. Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant lui en disant :
— Vraiment tu es Fils de Dieu.

Évangile selon saint Matthieu, chapitre 14, versets 22 à 33. Traduit du grec par les équipes du programme de recherches La Bible en ses Traditions

Jésus marche sur l’eau comme Moïse traverse la mer Rouge

Paul Bril (1554-1626) et Frederik van Valckenborch (1566-1623), Jésus marchant sur les eaux (1590, huile sur toile, 73 x 101 cm), musée de la collection de Jean-Paul II, Varsovie (Pologne). Domaine public.

La symbolique vétérotestamentaire

En fait, pour bien lire ce passage de l’Évangile, il faut considérer l’arrière-fond vétérotestamentaire de ce passage. Autrement dit, il faut déceler les symboles de l’Ancien Testament qui permettent de mieux comprendre le sens de ce miracle.

La marche de Jésus et l'Exode des Hébreux

Penchons-nous sur la géographie de l’événement : la scène se déroule en deux lieux dignes des meilleurs spots de vacances : la montagne et la mer. Et chaque lieu est symboliquement très chargé.

« Aussitôt, Jésus obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive jusqu’à ce qu’il ait renvoyé les foules. Ayant renvoyé les foules il monta dans la montagne à l’écart pour prier. » (Mt 14, 22-23)

La mention de Jésus gravissant la montagne fait écho à l’ascension de la montagne du Sinaï par Moïse pour aller y recevoir les Tables de la Loi.

« Moïse monta vers la montagne de Dieu. » (Ex 19,3)
William Dyce (1806-1864), L'Homme de douleurs (1860, huile sur carton, 34 x 49 cm), Galeries nationales, Édimbourg (Écosse). Domaine public. Jésus a l'habitude de prier seul, dans la montagne.

Cette référence à la montagne de Moïse est d’ailleurs plutôt inquiétante :

  • Dans le récit de l’Ancien Testament, les fils d’Israël se sont crus abandonnés de Dieu lorsqu’ils ont vu que Moïse tarde à descendre (Ex 32,1).
  • De même, le récit de l’Évangile indique que Jésus n’est plus avec ses disciples au moment de la tempête.

L’idée que l'envoyé de Dieu laisse seul son peuple revient donc comme trame de fond de la scène, dans le passage de l’Exode comme dans ce passage de l’évangile de Matthieu.

Henry Ossawa Tanner (1859-1937), Les Apôtres voient le Christ marcher sur l'eau (1907, huile sur toile, 130 x 107 cm), Des Moines Art Center (États-Unis). Domaine public.

Jésus se présente comme le nouveau Moïse

Pour un lecteur baigné de culture biblique, la marche sur les eaux de Jésus peut faire écho à l’Exode des Hébreux – autre épisode où Moïse tient un rôle-clé. La mer déchaînée est le symbole de la mort, du danger, de l'incontrôlable.

Ainsi, la marche sur les eaux a été interprétée par les Pères de l’Église comme un symbole du pouvoir de Jésus sur la mort, sorte d’annonce métaphorique de sa résurrection.

Ce miracle de Jésus rappelle en effet la voie miraculeuse que Dieu a ouverte pour son peuple afin de lui faire traverser la mer Rouge, comme le rappellent les Psaumes et le Livre d’Isaïe :

« Dans la mer fut ton chemin et tes sentiers dans les grandes eaux et tes traces ne furent pas connues. Tu as conduit ton peuple comme un troupeau par la main de Moïse et d’Aaron. » (Ps 77,20-21)
« Ainsi parle le Seigneur, lui qui procura en pleine mer un chemin, un sentier au cœur des eaux déchaînées » (Is 43,16)
Le Jacana d'Afrique (de son nom technique actophilornis africanus) est surnommé le « Jesus bird ». Agissant comme des raquettes, ses larges pattes permettent au volatile de répartir son poids sur une plus large surface, et ainsi de flotter quelques secondes sur l'eau !

Bien plus que Moïse, Jésus est Dieu

Et, de peur, ils crièrent et aussitôt Jésus leur parla en disant :
— Courage, moi je suis, ne craignez pas. (Mt 14, 26-27)

La formule par laquelle Jésus s’introduit auprès des disciples est celle par laquelle Dieu se désigne lui-même dans l’Ancien Testament. Il dit exactement Egô eimi, « moi je suis » – or cette formule n’est autre que le nom divin révélé à Moïse au buisson ardent (Ex 3,14).

Jésus est donc plus que Moïse : il est Dieu lui-même, qui fait marcher sur les eaux.

Lorenzo Veneziano (1336-1379), Jésus sauvant Pierre de la noyade (1370, peinture sur bois, 25 x 63 cm), Staatliche Museen, Berlin (Allemagne). Domaine public.

Deux miracles de tempête apaisée

La marche sur les eaux rappelle plusieurs éléments d’un autre miracle réalisé au même endroit, au Lac de Tibériade, lors de la tempête apaisée (Mc 4, 35-41).

Les deux épisodes culminent dans la question de l’identité de Jésus. Et c’est effectivement l’intrigue centrale qui motive ces miracles : qui est cet homme ? La reconnaissance de l’identité de Jésus marque d’ailleurs une étape importante dans l'itinéraire des disciples.

Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant lui en disant :
Vraiment tu es Fils de Dieu. (Mt 14,33)

Au cours de cette scène, enfin, l’intervention singulière de Pierre ajoute à la dramatique générale.

Julius von Klever (1850-1924), Jésus marchant sur les eaux (1880, huile sur toile), collection privée. Domaine public.

Le mot de la fin

On conclut ce numéro avec la lecture d’Origène, théologien et exégète du 3e siècle après Jésus-Christ.

« Mais nous, si, un jour, nous sommes aux prises avec des tentations inévitables, souvenons-nous que Jésus nous a obligés à nous embarquer et qu'il veut que nous le précédions sur l'autre rive. Et lorsque nous le verrons nous apparaître, nous serons saisis de trouble jusqu'au moment où nous comprendrons clairement que c'est le Sauveur qui s'est exilé parmi nous et, croyant encore voir un fantôme, remplis de crainte nous crierons ; mais lui nous parlera aussitôt et nous dira : 'Ayez confiance, moi je suis, n'ayez pas peur !' À ces mots rassurants, peut-être se trouvera-t-il parmi nous, animé d'une plus grande ardeur, un Pierre, en marche vers la perfection. »

Origène (185-251), Commentaire sur l'évangile selon Matthieu, trad. Robert Girord (SC 162) tome 1 (Livres 10 et 11), Paris : Cerf, 1970

Envie de (re)découvrir les Écritures ?
Notre incroyable Newsletter
- Tous les dimanches à 15h
- Gratuit, drôle et intelligemment décalé
- 3 minutes de lecture
Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte
Oups, un problème est suvenu, veuillez réessayer !

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

En abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

En vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités.