Après la mort : au fond c'est quoi l'enfer, les enfers, l'Hadès ?

Vous ne comprenez pas bien la différence entre l'Hadès, l'enfer et les enfers après la mort ? Vous avez raison, c'est un peu galère. On essaye de vous expliquer ça simplement.

◷ 4 minutes et 28 secondes avec AC/DC, Sartre, Balzac, Joey Starr, Bernanos, Gustave Doré et Olivier Clément
📝
Dernière mise à jour -  
7/9/2020

Quand AC/DC veut aller tout droit en enfer

musique rouge 5 hommes cornes diable enfer ACDC Highway to Hell

Le riff de guitare dans les oreilles du groupe AC/DC peut-être motivant au moment d’aller courir.

Mais en écoutant leur titre phare, Highway to hell, l’autre jour, on se demandait : pourquoi prendre l’Autoroute vers l’enfer (la traduction de Highway to Hell pour ceux qui sont vraiment nazes en anglais) ? Et au fond, qu’est-ce que c’est l’enfer ? Du coup, on est retourné voir ce que la Bible en disait.

Le texte biblique qui parle de l'enfer et de la peur de la mort

Ce texte a deux avantages : il est magnifique et très bref. Mais il est un peu ardu, alors n’hésitez pas à le relire une ou deux fois, ça vaut le coup :

La crainte n’est pas autre chose que l’abandon des secours qu’apporterait la réflexion.

L’espérance étant moindre intérieurement,

on connaît d’autant plus l'ignorance provoquant le tourment.

Eux, pendant cette nuit vraiment impuissante venue des profondeurs de l'Hadès impuissant, endormis du même sommeil

étaient tantôt agités par des spectres monstrueux

tantôt abattus par la défaillance de leur âme

car une peur subite et inattendue s’était répandue sur eux.

Du livre de la Sagesse dans l'Ancien Testament, Chapitre 17, versets 11-14 Traduit de l'hébreu par les équipes du programme de recherche La Bible En Ses Traditions

L'éclairage

enfer monstre sombre mort sang feux Pieter Brueghel l’Ancien
Pieter Brueghel l’Ancien (1525-1569), Dulle Griet ou Margot la folle (huile sur panneau de bois, 1562), Musée Mayer van den Bergh,
Anvers, Belgique.

A gauche du tableau, une gigantesque bouche de forme humaine entourée de monstres représente l’enfer.

L'enfer et les enfers : c'est pas pareil !

  • L'enfer désigne le "lieu" de châtiments où l'homme au cœur endurci ira après la mort.
  • Le mot "les enfers" au pluriel, désigne le séjour des morts.

De manière générale, la Bible se prononce très peu sur ce qui se passe après la mort humaine. Plus particulièrement, elle ne dit pas ce qui se passe aux enfers. L’imagination des romanciers et des peintres semblent avoir comblé ce vide.

Le mot même pourrait suffire à nous éclairer sur ce qu’il signifie. Dans sa version grecque (la Bible des Septante), le texte utilise le terme « Hadès ».

L'étymologie populaire du mot "Hadès"

Cette étymologie, les philologues n'en sont pas forcément fans... Le mot Hadès se compose de deux parties :

  • « ha »
  • et « dès »

Si vous avez pigé ça c’est que vous savez lire.  

pouce en l'air top génial bien

Donc, on reprend, le terme se compose de deux parties :

  • « ha » est un privatif comme a- en langue française (aphone signifie étymologiquement sans voix).
  • « dès » vient de la racine grecque idein qui signifie voir

Conclusion sur le sens du mot "Hadès"

Combinées, ces deux parties du mot, Hadès, désignent un lieu où l’on ne voit pas, où l’on est empêché de voir. Notre passage du livre de la Sagesse associe d’ailleurs l’Hadès à la nuit, dans laquelle l’obscurité empêche de voir.

La mort et l'Hadès : obscurité VS clarté de l'espérance chrétienne

Dans ces moments l'homme n’aperçoit plus la lumière, un voile s’est abattu sur lui, il ne voit plus où aller et il a perdu tout sens (goût, direction ou signification). Cet "enfer" peut venir le frapper dans sa vie conjugale, dans sa vie professionnelle, dans la maladie, dans la mort d’un proche et le laisser abattu. Au fond de cette nuit, l’homme ne voit plus la lumière divine qu’il espère en gémissant.

Pour les chrétiens, croire que le Christ "est descendu aux enfers", c'est venir à bout de cette nuit de l'Hadès par l'espérance. La Lumière a resplendi dans les ténèbres : la nuit finira par s’achever et le Soleil sans déclin l’illuminera.

Vallée larmes poids fardeaux lumière foi triomphe douleur Gustave Doré
Gustave Doré, La vallée des larmes (huile sur toile, 1883), Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, France.

Si vous avez envie d’aller plus loin dans l'exploration de ce que signifie « La descente aux enfers du Christ », on a retrouvé une vieille vidéo d’Olivier Clément. Et comme dit « l’homme que l’on nomme Joey Joey Starr », « c’est de la bombe baby ».

Le mot de la fin

On aurait pu conclure avec ce bon vieux Jean-Paul « L’enfer c’est les autres » (Jean-Paul Sartre, Huis Clos, Gallimard, Paris, 1947) mais on trouvait ça un peu glauque. On a hésité à affirmer avec Honoré que « L’enfer est pavé de bonnes intentions » (Honoré de Balzac, La femme de trente ans, Paris, 1832), parce qu’il n’a pas complètement tort. Mais on a préféré conclure avec Georges :

« L’enfer, c’est de ne plus aimer. Tant que nous sommes en vie, nous pouvons nous faire illusion, croire que nous aimons par nos propres forces, que nous aimons hors de Dieu. Mais nous ressemblons à des fous qui tendent les bras vers le reflet de la lune dans l’eau. »

Georges Bernanos, Journal d’un curé de campagne, Paris : Plon, 1936.

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Méditez sous le soleil de l'Occitanie

L'Occitanie

L’Occitanie, ses vallons chauds, sa bonne cuisine et l’accent chantonnant de ses habitants. C’est au cœur de cette région du Sud, dans un village médiéval tout simplement sublime qu’est nichée l’abbaye de Lagrasse.

Rencontre

Si vous voulez rencontrer ces chanoines, vivre un temps de retraite et découvrir la méditation chrétienne, l'abbaye de Lagrasse est peut-être a place to be.

St Augustin

Ancienne bâtisse bénédictine datant du 8ème siècle, elle est désormais habitée par les chanoines de Saint Augustin. Les chants grégoriens et les magnifiques polyphonies liturgiques y bercent les offices.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter