S'inscrire à la newsletter

Croquer la pomme dans la Bible : symbole de péché, d'amour ou d'érotisme ?

Quel est le symbole de la pomme dans la Bible ? Est-elle un symbole d'érotisme, d'Amour ou de péché ?

4 minutes et 38 secondes avec Joe Dassin, Paul Evdokimov, OSS 117 et Gustave Moreau
Dernière mise à jour -  
24/1/2023

Joe Dassin croque la pomme du plaisir biblique

Dans Siffler sur la colline, méga-tube des années 70, Joe Dassin reprend presque mot pour mot un motif poétique du Cantique des Cantiques, le plus célèbre poème d'amour de la Bible. Voilà ce que chante le grand Joe :

« Je voudrais être une pomme suspendue à un pommier
Et qu'à chaque fois qu'elle passe elle vienne me mordre dedans »

Pourquoi la pomme est-elle une image si importante de la poésie érotique ? On vous l'explique dans l’éclairage.

Ne vous épargnez pas la lecture du texte biblique, il est court. Et beau.

Le texte biblique qui raconte le symbole de la pomme

Le Cantique des Cantiques est une suite de dialogues amoureux. Ici, la fiancée évoque son fiancé.

Tel un pommier parmi les arbres de la forêt,

Voici mon amoureux parmi les garçons.

À son ombre, que j'ai tant désirée, je me suis assise...

Son fruit est doux à mon palais.

Il m’a menée à la maison du vin,

Et son étendard au-dessus de moi, c'est l'amour.

Chapitre 2, versets 3 et 4 du Cantique des Cantiques, dans l'Ancien Testament. Traduit de l'hébreu par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses traditions.

Le symbole de la pomme dans le Cantique des Cantiques

Shulamite Salomé cantique des cantiques femme couleurs fleurs beauté Gustave Moreau
Gustave Moreau (1826-1898) Shulamite (Salomé) du Cantique des Cantiques, (aquarelle sur papier, 1893), Musée d'Art Ohara, Kurashiki, Japon.

Qu'est-ce que « le Cantique des Cantiques » ?

C'est un livre de l'Ancien Testament, un recueil de poèmes amoureux, dont nous avions déjà parlé.

Si besoin était, ces poèmes nous rappellent que l’Écriture n’est pas un recueil d’histoires moralisantes et sans souffle.

Le Cantique des Cantiques présente le chant de l’amour d’un homme vers sa femme et la réponse tout aussi passionnée de la femme à son amant. C’est un dialogue entre deux amoureux, tout simplement magnifique. On se penche sur les éléments de ce poème.

Cantique des cantiques femme habits blancs débat gardes Gustave Moreau
Gustave Moreau, Cantique des Cantiques (1853, huile sur toile), Musée des Beaux-Arts de Dijon, France.

Une pomme d’amour

La pomme, un fruit régional

On nous parle de « pommier » et ce n’est pas anodin. C’est même très symbolique, pour au moins deux raisons qui tiennent au contexte de l’époque et de la région où a été écrit ce texte, le Proche-Orient antique :

  • En Syrie, on faisait respirer le parfum des pommes aux malades.
  • En Mésopotamie, on attribuait aux pommes une vertu aphrodisiaque — elles sont même mentionnées dans les rituels d'incantation contre l'impuissance !

Ces usages de la pomme permettent d'imaginer sa charge symbolique pour les lecteurs anciens du Cantique : à la récitation de ce poème, ils entendent que l’amour est un parfum qui guérit et un élan vital, d'une inaltérable bonté.

La pomme dans OSS 117

Dans la scène du film Rio ne répond plus avec Jean Dujardin, la pomme d’amour reflète l’ambivalence symbolique de ce fruit, comme étant :

Après la pomme de l'amour, l'ivresse de la communion

  • Le vin lui aussi est toujours mentionné dans le Cantique des Cantiques comme symbole de l'amour.
  • La « maison du vin » est une désignation symbolique : c'est le lieu où les amoureux s'enivrent de leurs caresses, supérieures au vin.

Au fil des Écritures, le vin — malgré ses dangers soulignés dans l'épisode de l'ivresse de Noé, au tout début — acquiert une dimension divine, d’ouverture à la communion et à la joie, à une ivresse signe de l’au-delà.

Les deux amoureux de la Bible

De siècle en siècle, les générations successives ont lu ces poèmes sublimes — qu’il n’est pas inutile de se fredonner en couple de temps en temps. Et ces innombrables lectures ont donné des interprétations intéressantes sur l’identité des deux amants du Cantique.

amoureux dessin château couronnes arbre vie Honorius Augustodunensis
Honorius Augustodunensis (1080-1156), image des époux du Cantique des Cantiques : Opera exegetica (manuscrit enluminé, réalisé à l'Abbaye de Benediktbeuern, environ 1180), Bibliothèque de l'État de Bavière, Munich, Allemagne.

Qui sont donc les deux amoureux du Cantique des Cantiques ?

Depuis des siècles, les interprètes et théologiens juifs et chrétiens se sont posé la question suivante : qui sont ces amoureux et que symbolisent-ils ? Pourquoi le poème érotique a-t-il toute sa place dans la Bible ? Plusieurs interprétations sont possibles. Voici les principales manières d’aborder ce texte sublime :

  • Selon l’interprétation la plus littérale, ce poème exalte la passion de deux jeunes amoureux de l’époque, constituant tout simplement une magnifique image de l'amour humain.
  • Selon l'interprétation la plus ancienne, ce dialogue amoureux exprime le dialogue du peuple d’Israël avec Dieu — dialogue dans lequel Dieu traite son peuple comme son épouse bien-aimée.
  • Selon l’interprétation chrétienne insufflée par les Pères de l’Église, l’Épouse du Cantique symbolise l’Église qui s’unit à son époux, le Christ.
  • Enfin, selon une interprétation plus spirituelle, ce dialogue passionné exprime l’âme du croyant qui recherche son Dieu amoureusement.

Le mot de la fin

Même si ce n'est pas très « gender-ly correct », dans la tradition théologique, la distinction entre l'homme et la femme du Cantique des Cantiques renvoie à la distinction entre Dieu (masculin) et l'âme du croyant (féminine) qui reçoit Dieu. Paul Evdokimov a écrit des lignes magnifiques sur le sujet :

« Conquérant, aventurier, constructeur, l’homme n’est pas paternel dans son essence. Ce fait a une portée immense : il explique pourquoi le principe religieux de dépendance, de réceptivité, de communion, s’exprime plus immédiatement par la femme […] La Bible érige la femme en organe de réceptivité spirituelle de la nature humaine. En effet, la promesse du salut a été donnée à la femme, c’est elle qui reçoit l’Annonciation, c’est à elle que le Ressuscité apparaît le premier, c’est la femme habillée de soleil qui figure l’Église et la Cité céleste dans l’Apocalypse. De même c’est l’image de l’Épouse et de la Fiancée que Dieu choisit entre toutes pour exprimer son amour envers l’homme et la nature nuptiale de sa communion. Et enfin le plus décisif ; l’Incarnation s’accomplit dans l’être féminin de la Vierge qui lui donne sa chair et son sang.

À la paternité divine comme qualificatif de l’être de Dieu, répond directement la maternité féminine comme spécificité religieuse de la nature humaine, sa capacité réceptive du divin. La fin de la vie chrétienne est de faire de tout être humain une mère, prédestiné au mystère de la naissance : « afin que le Christ soit formé en vous ».

Paul Evdokimov, Sacrement de l’amour, Le mystère conjugal à la lumière de la tradition orthodoxe, Éditions de l’Epi, Paris, 1962

Envie de (re)découvrir les Écritures ?
Notre incroyable Newsletter
- Tous les dimanches à 15h
- Gratuit, drôle et intelligemment décalé
- 3 minutes de lecture
Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte
Oups, un problème est suvenu, veuillez réessayer !

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités.