La naissance et la mort à Bethléem : de Rachel à Jésus

À Noël, on célèbre la naissance de Jésus à Bethléem. Mais ce lieu chargé d'histoire est aussi associé à la souffrance et la mort de Rachel. Quel est le lien entre Rachel et Jésus ?‍

4 minutes et 37 secondes pour découvrir les coulisses de l'Histoire et la charge des lieux, avec Jennifer Aniston et Fiodor Dostoïevski
📝
Dernière mise à jour -  
17/9/2020

La série qu'on regarde tous en boucle depuis 1994...

3 femmes 3 hommes boisson série américaine Friends regards

Rachel Green de Friends et la Bible. Quel est le rapport avec la choucroute ? C'est tout simplement le nom d'un personnage biblique qui a traversé 3000 ans d'histoire. En hébreu, Rachel signifie « brebis ».

Le texte biblique qui raconte la mort de Rachel à Bethléem

Jacob passe dans la ville de Bethléem avec sa femme Rachel :

Parti de là, il vint au printemps sur le chemin qui mène à Ephrata où Rachel était en travail. Pendant les douleurs de l’enfantement elle se trouva en danger de mort. La sage-femme lui dit :

— Ne crains pas car c’est encore un fils que tu vas avoir.

Comme son âme s’en allait du fait de la douleur — car elle était mourante — elle le nomma Benoni, c'est-à-dire : fils de ma douleur — mais son père l’appela Beniamin, c'est-à-dire : fils de la droite. Rachel mourut donc et elle fut enterrée sur la route qui conduit à Ephrata, qui est Bethléem. Jacob éleva un monument sur sa tombe. C’est le monument de la tombe de Rachel jusqu'à aujourd’hui.

Chapitre 35, versets 16 à 20 du Livre de la Genèse dans l'Ancien Testament. Traduit du latin par les équipes du programme de recherche La Bible En Ses Traditions

Le texte biblique qui raconte la naissance de Jésus à Bethléem à Noël

Avant de passer à l'éclairage nous vous proposons de lire le texte de l'Évangile selon Saint Matthieu dans le Nouveau Testament :

Jésus était né à Bethléem de Judée aux jours du roi Hérode [...]. Alors Hérode fut très en colère et il envoya tuer tous les enfants de Bethléem et de toute sa région depuis l’âge de deux ans et au-dessous, d’après le temps qu'il s'était fait préciser par les mages.

Alors fut accomplie la parole dite par le prophète Jérémie disant :

— Une voix en Rama a été entendue, beaucoup de pleurs et de désolations : Rachel pleure ses enfants et elle ne veut pas être consolée parce qu’ils ne sont pas.

Chapitre 2, verset 1.16-18, de l'Évangile selon Saint Matthieu dans le Nouveau Testament. Traduit du latin par les équipes du programme de recherche La Bible En Ses Traditions.

L'éclairage

Jésus Nativité Marie Joseph Adoration bergers anges Charles Le Brun
Charles Le Brun (1619-1690), L'Adoration des Bergers (huile sur toile, 1689), Musée du Louvre, Paris, France.

Lire le Nouveau Testament en lien avec l'Ancien

L’Évangile selon Matthieu dans le Nouveau Testament raconte la naissance de Jésus à Bethléem. Matthieu écrit son Évangile avec la mémoire qu’il a des récits de l’Ancien Testament. Le constant renvoi à des lieux mentionnés dans ces récits invite le lecteur à se rappeler de toutes les histoires qui s'y sont passées.

Ainsi, l'évocation de Bethléem dans l’Évangile évoque aussi l’accouchement de Rachel et sa destinée tragique.

Dans l'Ancien Testament, Bethléem est le lieu d’une naissance dramatique qui entremêle la mort de la mère, Rachel, avec la vie de son fils nouveau-né, Benjamin.

Ainsi, Bethléem est le lieu de la tombe de Rachel et celui du berceau de Benjamin.

Tombe Rachel désert vallée chameaux chêne de Mambré
La tombe de Rachel, illustration publiée dans l'ouvrage d'Ella Broadus Robertson, The Heart of the Bible, 1911.

Bethléem, lieu du massacre des innocents

L’Évangile selon Matthieu rappelle cette ambivalence entre la vie et la mort à Bethléem. Alors que Jésus vient de naître, Hérode fait massacrer tous les enfants pour être sûr d'anéantir le Messie nouveau-né : « Il envoya tuer tous les enfants de Bethléem et de toute sa région depuis l’âge de deux ans et au-dessous. » (Matthieu 2,16).

Dans ce récit du massacre des innocents, Rachel est mentionnée par l'évangéliste comme la figure maternelle qui pleure les enfants de ce lieu : « Une voix en Rama a été entendue, beaucoup de pleurs et de désolations : Rachel pleure ses enfants et elle ne veut pas être consolée parce qu’ils ne sont pas » (Jérémie 31,15).

Selon le livre de la Genèse, Rachel meurt et elle est pleurée, mais dans le livre de Jérémie — cité par l'évangéliste — c'est Rachel qui pleure ses enfants.

Tête femme mère enfant terrifié peur cacher meurtriers Cogniet
Léon Cogniet (1794-1880), Têtes de femme et d’enfant (étude pour Scène du massacre des innocents, 1824), Musée des Beaux-Arts d’Orléans, France.

Que retenir ?

  • D'habitude les noms dans la Bible ne sont pas anodins. Pour percevoir leurs sens, il faut connaître d'autres récits bibliques.
  • À Bethléem se joue un drame où la vie et la mort se côtoient : une mère meurt en donnant naissance à son fils.
  • Le récit de la nativité de Jésus n'est pas une gentille fable pour enfant. Il se déroule dans un lieu chargé d'histoire où s'opère une nouvelle scène d'horreur : des enfants sont tués et dérobés à leurs mères.
  • La nativité à Bethléem entremêle la vie et la mort — comme dans le récit de la Passion de Jésus où la vie nouvelle naît dans un contexte de mort.

Le mot de la fin

Les drames de Bethléem traversent l'histoire. Fiodor Dostoïevski le rappelle dans Les Frères Karamazov. En Russie, une femme qui a perdu son enfant est effondrée. Elle vient rencontrer un vieux moine, le starets Zosime, et lui montre la ceinture de son enfant défunt :

« Elle tira de son sein la petite ceinture en passemanterie de son garçon ; dès qu’elle l’eut regardée, elle fut secouée de sanglots, cachant ses yeux avec ses doigts à travers lesquels coulaient des torrents de larmes.

— Eh, proféra le starets, cela c’est l’antique ''Rachel pleurant ses enfants sans pouvoir être consolée, car ils ne sont plus.'' Tel est le sort qui vous est assigné en ce monde, ô mères ! Ne te console pas, il ne faut pas te consoler, pleure, mais chaque fois que tu pleures, rappelle-toi que ton fils est un des anges de Dieu, que, de là-haut, il te regarde et te voit, qu’il se réjouit de tes larmes et les montre au Seigneur ; longtemps encore tes pleurs maternels couleront, mais enfin ils deviendront une joie paisible, tes larmes amères seront des larmes d’attendrissement et de purification, laquelle sauve du péché. Je prierai pour le repos de l’âme de ton fils. »

Dostoïevski, Les Frères Karamazov, éd. Le Messager russe, Empire russe, 1880.

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Méditez sous le soleil de l'Occitanie

L'Occitanie

L’Occitanie, ses vallons chauds, sa bonne cuisine et l’accent chantonnant de ses habitants. C’est au cœur de cette région du Sud, dans un village médiéval tout simplement sublime qu’est nichée l’abbaye de Lagrasse.

Rencontre

Si vous voulez rencontrer ces chanoines, vivre un temps de retraite et découvrir la méditation chrétienne, l'abbaye de Lagrasse est peut-être a place to be.

St Augustin

Ancienne bâtisse bénédictine datant du 8ème siècle, elle est désormais habitée par les chanoines de Saint Augustin. Les chants grégoriens et les magnifiques polyphonies liturgiques y bercent les offices.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter