S'inscrire à la newsletter

L’amour est plus fort que la mort : Jésus sur la croix vu par Hegel

Comment Hegel analyse-t-il la mort de Jésus sur la croix ? Pourquoi est-ce un moment dialectique par excellence ? En quoi la mort du Christ est-elle signe de son amour infini ?

04 minutes et 02 secondes avec Stromae, Gustav Klimt, Hegel, Titanic, Vassily Kandinsky et François Mauriac
Dernière mise à jour -  
19/4/2022

Stromae et le jeu de mot entre la mort et l’amour

Dans son titre Te Quiero sorti en 2010, le grand Stromae chante :

« Je l'aime à mort mais pour la vie
On se dira oui, à la vie, à la mort
Et même en changeant d’avis
Même en sachant qu’on a tort
On ne changera pas la vie
Donc comme tout le monde
Je vais en souffrir jusqu’à la mort. »

Dans ce morceau mêlant déclaration d’amour et lucidité sur la souffrance de la vie, le fantastique parolier belge joue ici sur l’opposition entre l’amour et la mort, d’autant plus manifeste que les deux mots sont phonétiquement très proches en français.

Et c’est justement de ce rapport dialectique entre la mort et l’amour dont nous parlerons aujourd'hui. En effet, l’amour de Jésus est tel, qu’il va « en souffrir jusqu’à la mort ». On vous explique ça tranquillement avec Hegel, grand philosophe du XIXe siècle.

Le texte biblique qui raconte la mort de Jésus sur la croix

Ce passage de l’évangile de Jean est le récit de l’agonie et de la mort de Jésus sur la croix.

Pilate, ayant entendu ces paroles, amena Jésus dehors et il s’assit sur une tribune [...]. Or c’était la préparation de la Pâque, environ la sixième heure.

Il dit aux Juifs :
— Voici votre roi.

Mais ils criaient :
— Crucifie-le ! Crucifie-le !

Pilate leur dit :
— Crucifierai-je votre roi ?

Les grands prêtres dirent :
— Nous n’avons de roi que César.

Alors donc il le leur livra pour qu'il fût crucifié : ils prirent donc Jésus.

Et portant par lui-même sa croix, il sortit vers le lieu dit « Calvaire », en hébreu « Golgotha », où ils le crucifièrent. Et avec lui deux autres, un d'un côté, un de l'autre côté, Jésus au milieu. [...]

Après cela Jésus, sachant que tout était accompli, afin que fût réalisée l’Écriture, dit :
— J’ai soif.

Il y avait là un vase plein de vinaigre. Ils placèrent une éponge pleine de vinaigre autour d’une tige d’hysope et ils la présentèrent à sa bouche. Quand donc Jésus eut pris le vinaigre, il dit :
— Voici, c'est accompli.

Et inclinant la tête, il livra son esprit.

Nouveau Testament, Évangile selon saint Jean, chapitre 19, versets 13-20 ; 28-30. Traduit du grec par les équipes de notre programme de recherches La Bible En Ses Traditions.

La mort de Jésus sur la croix : la victoire de l’amour sur la mort

Gustav Klimt (1862-1918), La Vie et la Mort (1910, huile sur toile, 180 x 200 cm), Musée Léopold, Vienne (Autriche). Domaine public.

Lire la Bible avec les philosophes

Comme nous l’avons déjà fait plusieurs fois dans une saga spécialement dédiée à l’Écriture et les philosophes, menons cet éclairage à la lueur des travaux d’un grand philosophe. Aujourd'hui : Georg Wilhelm Friedrich Hegel.

Hegel (1770-1831) grandit dans une famille allemande protestante. Avant d’être connu comme un immense philosophe et historien de la philosophie, il a étudié  pour devenir pasteur luthérien. Ainsi, ses écrits sont imprégnés de références et réflexions théologiques. Il s’est particulièrement frotté aux textes bibliques, sur lesquels il s'appuie pour élaborer sa pensée.

Jakob Schlesinger (1792-1855), Le philosophe Georg Friedrich Wilhelm Hegel (1831, huile sur toile, 36 x 30 cm), Alte Nationalgalerie, Berlin (Allemagne). Domaine public. Certes, le bon vieil Hegel n'a pas franchement l'air sympathique sur ce tableau, mais sa pensée est riche, et ça vaut le coup d'en faire un numéro (et no worries, ce n'est pas compliqué) !

La mort sur la croix : signe d’un amour infini

Le sommet le plus parfait de ce que Hegel appelle « dialectique » (c'est-à-dire le renversement du tout au tout, sans médiation, d’un point à sa négation), c'est la mort de Jésus sur la croix.

Hegel comprend la mort du Christ comme l’extrême accomplissement de l’enseignement de l’amour qu’il dispensa durant sa vie publique. Autrement dit :

  • Ce que le Christ enseigne, c’est l’amour.
  • Et, en acte, il l’enseigne et l’accomplit dans sa mort.

La mort de Jésus sur la croix devient le sceau ultime de son enseignement. Car Jésus enseigne l’amour une bonne fois pour toutes en accomplissant l’expérience humaine par excellence : la mort.

La mort sur la croix, c’est le « jusqu’au bout » de l’amour infini de Dieu, comme le comprend Hegel en citant ce verset capital dans l’Évangile selon saint Jean :

« Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. » (Jn 13,1)
Carl Heinrich Bloch (1834-1890), Christ sur la Croix (1870, huile sur cuivre), Musée national d'histoire, Copenhague (Danemark). Domaine public.

Le renversement de la mort en amour

  • La mort n’est pas chemin vers l’amour ;
  • La mort est elle-même amour.

Pour le dire autrement : il n’y a pas d'étape entre mort et amour, il y a d'emblée un renversement total. La mort de Jésus a elle-même immédiatement un double-sens. C’est ce que Hegel appelle « le renversement du plus haut au plus haut », au sommet du mouvement dialectique.

  • le plus haut de la négation – la mort –
  • devient aussitôt le plus haut de l’affirmation – la vie –

Plus encore : l’amour prend en lui la mort. Il déborde la mort, il la surpasse, il la vainc. Mais il la surpasse précisément parce qu’il la reprend en lui, et non pas parce qu’il l’écarte ou la supprime.

Nikolaï Kochelev (1840-1918), La descente aux enfers (1900), Église Saint-Alexandre Nevski, Jérusalem. Domaine public.

De l’amour aussi fort que la mort à l’amour plus fort que la mort

Déjà, dans l’Ancien Testament, le Cantique des Cantiques soutenait un parallèle entre l’amour et la mort :

Mets-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras.
Car l’amour est fort comme la mort, la jalousie est inflexible comme le shéol.
Ses ardeurs sont des ardeurs de feu, une flamme de YHWH
Les grandes eaux ne sauraient éteindre l’amour et les fleuves ne le submergeraient pas. (Ct 8,6-7)

Pourtant, un pas supplémentaire est franchi lors de la mort et la résurrection du Christ :

  • Tandis que le Cantique des Cantiques avance que l’amour est aussi fort que la mort ;
  • la mort de Jésus sur la croix fait désormais que l’amour est plus fort que la mort.

Dire que l’amour est « plus fort que la mort », c’est dire que l’amour n’est pas seulement plus haute que la mort mais qu’elle est plus haute que l’opposition entre la vie et la mort. Car la mort n’est pas supprimée, mais elle est emportée dans l’amour.

L'amour est plus fort que la mort : voilà bien un thème récurrent des films dramatiques, jusqu'aux meilleures scène du film Titanic de James Cameron (1997)... aux fondements bibliques !

Par la croix, la mort comme chemin de vie

L’événement de la Résurrection inaugure une nouvelle conception : la mort n’est pas supprimée, elle est renversée. La mort est reprise dans la vie.

Voilà, dans la pensée hégélienne, le sommet de la dialectique la plus révolutionnaire opérée par la mort du Christ sur la croix. : la vie, la mort, la vie.

Vassily Kandinsky (1866-1944), Christ Crucifié (1911, huile sur carton, 36 x 26 cm), collection Christie's. Domaine public.

Le mot de la fin

L’analyse hégélienne fait contempler la transfiguration de la mort lors de la crucifixion du Christ. Mais peut-être faut-il également, avant d’en déceler la gloire, y reconnaître l’événement originaire d’un supplice extrême. C’est ce que souligne François Mauriac (prix Nobel de littérature en 1952), dans cet extrait, reprenant les mots du Père Marie-Joseph Lagrange, fondateur de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem :

« Cette croix, il faut la voir telle qu’elle était : si différente de ce trône que nous avons élevé, depuis, et qui dresse l'Agneau de Dieu au-dessus du monde !

La vérité est presque insoutenable, qu’il faut oser regarder en face : "Les premiers chrétiens avaient horreur de mettre le Christ en croix, écrit le Père Lagrange, car ils avaient vu de leurs yeux ces pauvres corps complètement nus, attachés à un pieu grossier surmonté en forme de T par une barre transversale, les mains clouées à ce gibet, les pieds fixés aussi par des clous, le corps s’affaissant sous son propre poids, la tête ballante, des chiens attirés par l’odeur du sang dévorant les pieds, des vautours tournoyant sur ce champ de carnage, et le patient épuisé par les tortures, brûlant de soif, appelant la mort par des cris inarticulés. C’était le supplice des esclaves et des bandits. Ce fut celui qu’endura Jésus" »

François Mauriac (1885-1970), La Vie de Jésus, 1936, Paris, Seuil, 1999.

Envie de (re)découvrir les Écritures ?
Notre incroyable Newsletter
- Tous les dimanches à 15h
- Gratuit, drôle et intelligemment décalé
- 3 minutes de lecture
Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte
Oups, un problème est suvenu, veuillez réessayer !

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

En abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

En vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités.