D'où vient l'ivresse des Apôtres à la Pentecôte ?

Pourquoi dit-on des Apôtres qu'ils sont "pleins de vin doux" lors de la Pentecôte ? Qu'est-ce que la glossolalie ? Quelle est la différence entre les deux mots hébreux utilisés pour parler du vin ? D'où vient l'ivresse des apôtres ?

04 minutes et 06 secondes avec UB40, Titien, Salvador Dali, Charles Baudelaire, du vin à foison et un peu d'hébreu
Dernière mise à jour -  
18/6/2021

Le vin et l'ivresse, de la Bible au reggae d'UB40

Le groupe de reggae britannique UB40 chante les effets du vin et de l’ivresse qui en découle dans leur titre Red Red Wine, s’exclamant notamment en ouverture du morceau : « Red, red wine goes to my head » (« le vin rouge rouge me monte à la tête » en VF pour les non-anglophones).

Et c’est exactement de ça dont on parle aujourd'hui, texte biblique à l'appui avec le récit de la Pentecôte : de vin et d’ivresse !

Le texte biblique qui raconte la Pentecôte

Ce texte des Actes des Apôtres raconte la Pentecôte et les tout débuts de l'Eglise après l'Ascension de Jésus.

Le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvaient tous ensemble dans un même lieu, quand, tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d’un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils se tenaient. Ils virent apparaître des langues qu’on eût dites de feu ; elles se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’un. Tous furent alors remplis de l’Esprit Saint et commencèrent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.

Or il y avait, demeurant à Jérusalem, des hommes dévots de toutes les nations qui sont sous le ciel. Au bruit qui se produisit, la multitude se rassembla et fut confondue : chacun les entendait parler en son propre idiome. Ils étaient stupéfaits, et, tout étonnés, ils disaient :

— Ces hommes qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il alors que chacun de nous les entende dans son propre idiome maternel ? Parthes, Mèdes et Elamites habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, du Pont et d’Asie, de Phrygie et de Pamphylie, d’Egypte et de cette partie de la Libye qui est proche de Cyrène, Romains en résidence, tant Juifs que prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons publier dans notre langue les merveilles de Dieu !

Tous étaient stupéfaits et se disaient, perplexes, l’un à l’autre :

— Que peut bien être cela ?

D’autres encore disaient en se moquant :

— Ils sont pleins de vin doux !

Livre des Actes des Apôtres, chapitre 2, versets 1-13, Traduit du grec par les équipes de notre programme de recherche La Bible En Ses Traditions

Le vin et l'ivresse dans la Bible

La Pentecôte, une fête juive transfigurée

Ce jour-là, les Juifs célèbrent Chavouot, la fête juive issue d’une fête agricole, comme en en parlait dans cet article.

Mais l’année de la Résurrection, cette fête juive est transfigurée par le don de l’Esprit.

Juan Bautista Maíno (1581-1649), La Pentecôte. (1615, huile sur toile, 324 x 246 cm). Musée du Prado, Madrid, Espagne. Domaine public.

La glossolalie, une merveille qui interroge

La glossolalie, (ou xénolalie pour les méga puristes), c’est le don des langues tel qu’il est raconté par Luc dans ce passage des Actes des Apôtres.

Et, d’après la remarque des passants moqueurs qui assistent stupéfaits à l’irruption imprévue de l’Esprit Saint ce jour-là à Jérusalem, ce dont ils sont témoins est absolument inouï !

Au jour de la Pentecôte, tous [les apôtres] furent alors remplis de l’Esprit Saint et commencèrent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. Or il y avait, demeurant à Jérusalem, des hommes dévots de toutes les nations qui sont sous le ciel. Au bruit qui se produisit, la multitude se rassembla et fut confondue : chacun les entendait parler en son propre idiome. Ils étaient stupéfaits.

Pendant 50 jours (d'où le terme Pentecôte dérivé du terme grec πεντηκοστή qui signifie cinquante), les disciples se tiennent cachés pour éviter toute rencontre avec le peuple de Jérusalem ayant mis à mort Jésus. Et là, c’est le déclic !

Les disciples sortent du Cénacle remplis de l'Esprit et chacun des étrangers présents dans la ville entend l’Evangile dans sa langue natale, toutes les oreilles entendent ce message. L’image a de quoi surprendre : voici un groupe inconnu et charismatique qui proclame les merveilles de Dieu et parle subitement toutes les langues !

Paul Delance (1848-1924), La Pentecôte, Fresque de l'église d'Oloron-Sainte-Marie, France. Domaine public.

Est-ce que les disciples ont trop bu ?

Certains témoins de la scène cherchent vite à rationaliser l’irrationnel avec un syllogisme tout simple :

  • les apôtres agissent de manière folle,
  • l’alcool fait agir de manière folle,
  • donc les apôtres sont ivres.

Saint Luc rapporte ainsi cet étonnement (Ac 2, 13) :

Tous étaient stupéfaits et se disaient, perplexes, l’un à l’autre :
— Que peut bien être cela ?

D’autres encore disaient en se moquant :
— Ils sont pleins de vin doux !

Prenant volontairement au pied de la lettre cette exclamation, on s’est dit que ça méritait de faire un tour dans tout le corpus biblique pour voir comment le vin y est décrit, mais aussi et surtout pour comprendre de quel type de vin il s'agit ici.

Salvador Dali (1904-1989), Apparuerunt illis dispertitae linguae, (Ac 1, 14) ; (1967, gouache sur toile). Collection privée. Pinterest.

Les deux types de vin dans la Bible hébraïque

En fait, dans le texte hébreu de la Bible, il y a deux mots bien différents pour désigner le vin. Et chacun a une histoire et un usage bien précis ancré dans l’Ancien Testament.

Le vin fermenté, vin du vertige

Dans l’Ancien Testament, le terme le plus courant pour désigner le vin est le terme hébreu « yayin », présent plus de 140 fois.

Il désigne le vin de l’ivresse humaine, une ivresse due à l’alcool présent dans ce vin fermenté. Dès le Livre de la Genèse, le yayin est le responsable de la gueule de bois de Noé (Gn 9, 20-21) :

« Noé, homme de la terre, fut le premier à planter la vigne. Il en but le vin [yayin], s’enivra et se retrouva nu au milieu de sa tente. »

Au vu de ses effets plus qu’inconvenants, il est aisé de comprendre pourquoi le livre du Lévitique en interdit l’usage aux prêtres en service (Lv 10, 9)...

Une transition d'un vin à un autre : le repas de Jacob

Le chapitre 27 du livre de la Genèse, en utilisant cette fois le terme yayin, l’oriente de manière nouvelle. L’épisode rapporte la bénédiction de Jacob par son père Isaac.

Et Isaac boit justement du vin au cours de son repas (Gn 27, 25) :

« Jacob le servit, et il mangea. Jacob lui présenta du vin [yayin], et il but. »

On retrouve ici l’usage « courant » du vin comme accompagnement des plats, comme une denrée alimentaire habituelle. Cependant, trois versets plus tard (Gn 27, 28), le terme de vin change et nous fait accéder à une nouvelle conception.

Le vin nouveau, vin de la bénédiction

Dans ce passage du repas de Jacob, son père Isaac appelle la bénédiction de Dieu sur son fils (en Gn 27, 28) :

« Que Dieu te donne la rosée du ciel et une terre fertile, froment et vin nouveau [tiroch] en abondance ! »

Mais, lors de la bénédiction à proprement parler, le texte ne parle plus de yayin mais utilise un autre mot : « tiroch », vin nouveau traduit par « ». 
L’acte de bénédiction signifie qu’Isaac bénit son fils et demande à Dieu de lui accorder une faveur : du vin nouveau en récompense, ainsi que du froment (deux éléments agricoles symbolisant l’éclat et la richesse). C’est donc de la sorte que le terme de vin devient tiroch et signale une faveur divine particulière.

  • Tandis que la yayin est un vin fermenté ; le tiroch est plus doux, se rapprochant presque de la composition du simple jus de raisin
  • Tandis que le yayin fait l'objet de l'ivresse qui trouble gestes et paroles ; le tiroch, lui, se présente comme le vin de la bénédiction, signe d'une faveur particulière.

L’usage du terme tiroch se retrouve 38 fois dans les écrits hébraïques, et la plupart de ces usages correspond à une bénédiction provenant de Dieu.

Et dans le récit de la Pentecôte, ce « vin doux », c'est bien le tiroch.

Dès lors, on s'est posé trois questions : 

  • Comment les apôtres peuvent-ils être ivres avec du vin nouveau, non alcoolisé, (c'est-à-dire ivres avec du tiroch) ?
  • Que nous révèle cette moquerie des passants? 
  • Y a-t-il une ivresse qui ne vient pas du vin ni de l'alcool ?
Titien (1490-1576), La Descente du Saint-Esprit (1545, huile sur toile 570 × 260 cm), Basilique Sainte-Marie du Salut, Venise, Italie. Domaine public.

L’ivresse des Apôtres, une bénédiction ?

On se risque donc à cette hypothèse : le texte de la Pentecôte (Ac 2,1-13) joue certainement sur cette ironie de l'ivresse sans alcool et nous invite à creuser un peu le sens de cette ivresse.

Le temps de l’ivresse, un temps d’action de grâces

« Ils sont pleins de vin doux ! » : loin de lire cette remarque comme une moquerie, ne peut-on pas interpréter comme suit : et si la parole des passants était en réalité un signe de la faveur divine ?

Une promesse accomplie

Les Apôtres ne sont pas ivres du vin de l’homme, celui qui trouble et déconstruit, mais ils sont ivres de l’Esprit Saint, comme le rapporte Pierre dans son discours à la foule (Ac 2, 17) en reprenant une prophétie de l'Ancien Testament (Joël 3, 1)

« Il se fera dans les derniers jours, dit Dieu, que je répandrai de mon Esprit sur toute chair »

Fruit de la vigne et issu de la fermentation du raison, le vin est un symbole qui parcourt bien des récits bibliques, repris et magnifié notamment par le Cantique des Cantiques dans un sublime poème d'amour.

On glisse ici, en fin d'éclairage, un gros big up et de vifs remerciements pour notre ami Clément, qui a très librement inspiré ce travail !

Le mot de la fin

Fort de ce parcours redéfinissant le vin et glorifiant sa signification, il ne reste qu’à suivre étrangement l’injonction de Baudelaire rejoignant la phrase du prophète Isaïe en Is 29, 9 : « Soyez ivres, mais non de vin, titubants, mais non de boisson » :

« Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie, ou de vertu à votre guise, mais enivrez-vous ! »

Charles Baudelaire, « Enivrez-vous » (extrait), Les petits poèmes en prose. Publication posthume, 1869.

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

Abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

Vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter