Quel caractère avait la Vierge Marie ?

Les Évangiles parlent-ils beaucoup de Marie ? Quel caractère avait la Vierge Marie ? En quoi la rencontre de l'ange Gabriel et l'Annonciation à Marie sont un privilège ?

4 minutes et 26 secondes avec Arvo Pärt, Beyoncé, Origène et Jean-Paul Sartre
Dernière mise à jour -  
18/6/2021

La Vierge Marie saluée tout en majesté

La vraie Madonna, c’est celle-là : la Vierge Marie.

Celle dont la célébrité dépasse toutes les frontières, celle vers qui se tournent tous les marins au cœur de la tempête, les hommes au cœur fier au temps du doute, la Mère qui console de toute tristesse. Alors avant d’en découvrir un peu plus sur son caractère, on écoute le magnifique Ave Maria d’Arvo Pärt, immense compositeur contemporain vivant à Talinn en Estonie.

Au passage, le bon vieil Arvo Pärt a reçu le Prix Ratzinger en 2017 (sorte de Prix Nobel de Théologie)... alors même qu'il n'est que "compositeur" et n'a jamais écrit de bouquin à proprement parler. Bref, de la musique, et même un peu plus que ça...

Le texte biblique qui raconte la rencontre de Marie avec l’ange Gabriel

Au sixième mois l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David et le nom de la vierge était Marie.

Et, entrant chez elle, il dit : Réjouis-toi, comblée de grâce ! Le Seigneur est avec toi.

 À cette parole elle fut toute troublée et elle se demandait ce que pouvait être cette salutation. Et l’ange lui dit : Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans [ton] sein, et tu enfanteras un fils et tu l'appelleras du nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père et il régnera sur la maison de Jacob pour [tous] les siècles et son règne n’aura pas de fin.

Marie dit à l’ange : Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ?

Et, répondant, l’ange lui dit : L’Esprit-Saint surviendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre et c’est pourquoi ce qui est né saint sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Elisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile, car toute parole ne sera pas impossible de la part de Dieu.

Marie dit alors : Voici la servante du Seigneur : qu’il me soit fait selon ta parole !

Et l’ange la quitta.

Chapitre 1 de l'Évangile de Luc dans le Nouveau Testament, versets 26 à 38. Traduit par les équipes de notre programme de recherches La Bible en ses traditions.

L'éclairage

Raphaël, Vierge aux œillets, (1506 - 1597, Peinture à l'huile sur bois, 27,9 cm × 22,4 cm), National Gallery, Londres, Royaume-Uni. Domaine public.

Quel était le caractère de la Vierge Marie ?

Voilà la question que nous a posé notre copine Marie (ce n'est pas une blague). Alors, à l’approche de Noël, on a ouvert nos Évangiles pour voir ce que leurs textes nous disaient de cette femme qui a marqué l’Histoire d’une empreinte inégalable.

Une discrétion relative

Marie est traditionnellement représentée comme une femme discrète.
Les Évangiles ne nous donnent rien pour l’affirmer, mais la mentionnent finalement assez peu :

  • Dans l’Évangile de Marc elle est quasiment absente.
  • Ce sont Luc et Matthieu qui en parlent le plus lorsqu’ils évoquent la naissance de Jésus et son enfance.
  • Enfin Jean nous la montre accompagnant Jésus aux Noces de Cana et au pied de la Croix de son fils (c’est le seul qui la mentionne explicitement à ce moment).
Mathias Grünewald( ca 1470-1528), Retable d'Issenheim, (huile sur panneau de bois, 1512-1516), 269 X 307 cm, retable d'autel, couvent des Antonins, Issenheim, France, Musée d'Unterlinden, Colmar, France. Public Domain © Wikicommons

Quoi qu’il en soit, les Évangiles la font presque disparaître au moment où ils nous présentent Jésus à l’âge adulte. Pas vraiment le cliché de la mère juive...

Cette femme extraordinaire que les artistes de toute époque ont peinte, sculptée, chantée, reste voilée dans ces récits qui se consacrent à nous décrire son fils.

Pourtant quelques éléments ont retenu notre attention.

Une vierge en danger de mort

Le premier chapitre de l’Évangile de Luc nous précise que l’ange Gabriel est envoyé auprès d’une parthenos, terme grec qui désigne précisément une jeune fille non mariée et vierge.

Cette virginité de Marie aura fait gloser les rabbins comme le rappelle l’excellent film de Guy Ritchie, Snatch.

Elle indique surtout qu’en tombant enceinte sans être mariée (et par la force de l’Esprit-Saint comme le relate Luc), Marie se met immédiatement en danger de mort : si Joseph, son fiancé la dénonce, elle risque la lapidation, si l’on suit la Loi juive à la lettre.

D’entrée de jeu, en acceptant ce que l’ange lui annonce, Marie montre donc à la fois sa confiance et un courage immense. Elle fait fi du « qu’en dira-t-on », des risques, et préfère suivre la voie que lui a ouverte cette prodigieuse rencontre.

Melozzo da Forli (1438 - 1495), L'Annonciation, 1466-1470 (Tempera sur bois, 116cm x 60cm), Panthéon, Rome, Italie.

Une géante biblique

En recevant la visite d’un ange de Dieu, Marie reçoit un privilège réservé à peu de personnages bibliques. Mais ce n’est pas le seul fait marquant de cette rencontre qui la place tout en haut du Hall of Fame biblique.

Origène, qui vécut au troisième siècle à Alexandrie en Égypte, connaissait un peu l’Écriture (il édita une Bible polyglotte avec six versions). Il note que l’expression kéchariôménê que l’on traduit en français par comblée de grâce (et que les chrétiens chantent dans l’Ave Maria – Je vous salue Marie) n’est employée qu’une seule fois dans toute l’Écriture et apparaît même pour la première fois en grec. Quand l’ange s’adresse à Marie ainsi, il lui réserve un traitement tout particulier.

« À Marie seule, cette salutation était réservée. Si, en effet, Marie avait su qu'une formule de ce genre avait été adressée à un autre — elle avait, en effet, la connaissance de la Loi, elle était sainte et connaissait par ses méditations de chaque jour les oracles des prophètes, — jamais elle n'eût été effrayée de cette salutation qui lui semblait étrange (cf. Lc 1,29)''. »

Crouzel Henri, Fournier François et Périchon Pierre (éd., trad.), Origène : Homélies sur S. Luc (SC 87), Paris : Cerf, 1962.

Inutile donc de dire qu’elle surpasse par là-même tous les disciples de Jésus.

Fra Angelico, Annonciation faite à Marie, (tempera et or sur panneau de 194 cm × 194 cm) (1430, pour le couvent San Domenico de Fiesole, est un retable conservé aujourd'hui au musée du Prado, Madrid, Espagne.

En lui annonçant le nom qu’elle donnera à son fils, l’ange lui révèle le nom de Dieu (sur le sens des différents noms de Jésus, n’hésitez pas à lire notre article). D’autres avait tenté d’en savoir plus sur ce nom, aucun n’a eu de réponse aussi claire ! Moïse au buisson ardent reçoit une réponse très énigmatique ; lors de son combat avec l’ange de Dieu, Jacob ne sera pas "nom" plus satisfait.

Seule Marie reçoit une réponse claire. Moïse, Jacob, Abraham ne lui arrivent pas à la cheville.

Une femme forte

Si Marie fait confiance, elle n'hésite pas à discuter. Lorsque l’ange lui annonce tout cela, Marie répond par une question :

« Comment cela sera-t-il puisque je ne connais pas d’homme ? »

Elle s’inscrit dans la tradition biblique des patriarches qui échangent directement avec l’ange, avec lucidité et force : comme Abraham à Sodome, Jacob lors de son combat ou Moïse au buisson ardent.

Marie présente ainsi la force d’un patriarche. Ce n’est pas parce qu’un ange de Dieu lui parle qu’elle abdique sa raison et fait une confiance aveugle. Elle n’hésite pas à challenger l'ange.

Est-ce ce courage qui la poussera à être présente au pied de la Croix, contrairement à la quasi-totalité des disciples de Jésus, comme nous le relate l’Évangile de Jean ? C’est en tout cas habitée par une force particulière qu’elle prendra la route de l’Égypte pour fuir la persécution d’Hérode peu après la naissance de son Fils.

Antonello de Messine (1430–1479), La Vierge de l'Annonciation (huile sur toile, 1470-1476), Palais Abatellis, Palermo, Italie. Domùaine public.

Le mot de la fin

Jean-Paul Sartre a écrit le plus merveilleux passage sur la Crèche. Lisez-le à votre femme, votre mère, votre fille ou votre sœur, ou même à la première femme qui passera car ce texte est admirable :

« Mais à d’autres moments, elle demeure toute interdite et elle pense : 'Dieu est là', et elle se sent prise d’une crainte religieuse pour ce Dieu muet, pour cet enfant, parce que toutes les mères sont ainsi arrêtées par moment, par ce fragment de leur chair qu’est leur enfant, et elles se sentent en exil devant cette vie neuve qu’on a faite avec leur vie et qu’habitent les pensées étrangères. [...]

Et aucune femme n’a eu de la sorte son Dieu pour elle seule. Un Dieu tout petit qu’on peut prendre dans ses bras et couvrir de baisers, un Dieu tout chaud qui sourit et qui respire, un Dieu qu’on peut toucher et qui vit, et c’est dans ces moments-là que je peindrais Marie si j’étais peintre, et j’essayerais de rendre l’air de hardiesse tendre et de timidité avec lequel elle avance le doigt pour toucher la douce petite peau de cet enfant Dieu dont elle sent sur les genoux le poids tiède, et qui lui sourit. Et voilà pour Jésus et pour la Vierge Marie. »

Ce texte est extrait de Bariona ou le fils du tonnerre, pièce de théâtre rédigée par Sartre à l'occasion de Noël en 1940, lors de sa captivité dans un camp allemand. On peut le retrouver dans son intégralité dans Les Écrits de Sartre de M. Contat et M. Rybalka, NRF 1970].

Lisez également

Plongez dans ces Sagas

Recevoir notre incroyable newsletter

Le dimanche à 15h découvrez un passage des Écritures et les œuvres de stars d’hier et d’aujourd’hui qu’elles ont inspirées. Cinéma, musique, peinture et littérature : il y en a pour tous les goûts. C’est gratuit et sans publicité.
Vous allez adorer. Allez lire une newsletter.

Pour un temps paisible dans la vallée du Rhône

Retraite spirituelle

Pour prendre un temps de repos, de rencontre ou de ressourcement spirituel, l'abbaye de Champagne est tout simplement un lieu d'accueil idéal.

Abbaye

Située entre Lyon et Valence, l’Abbaye Saint-Pierre de Champagne est l’une des maisons des chanoines réguliers de Saint-Victor, abritant notamment une magnifique église romane du XIIe siècle.

Vallée du Rhône

Pour les amateurs des biens de la Création, outre d’innombrables caves à vin de grande qualité, une remarquable distillerie se trouve à 3 km seulement de l’abbaye. Vous pourrez rentrer à pieds…

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de “cookies” destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités. (Plus d'infos)
Accepter